LUCIFER ET LA FEMME

Lucifer et la femme: Le Mensonge de l'homme
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 CORRUPTION DE CHAREST

Aller en bas 
AuteurMessage
Sergio
Admin
avatar

Messages : 775
Date d'inscription : 05/10/2008

MessageSujet: CORRUPTION DE CHAREST   Mar 22 Mai - 7:13

Gens du pays, le temps est court
pour se laisser bafouer toujours.
Gens du pays, c'est notre tour
d'arrêter ce langage de sourds.
(Serge Fiori)

1. Le vol du siècle -> Anticosti

La vente (secrète) de l'Ile d’Anticosti par HydroQ à Pétrolia et Junex, sous prétexte qu'il ignorait le potentiel gazier de 40 Milliard de barils (100$ le baril = 4000 Milliards $). Adons? Plusieurs des membres du CA de Pétrolia et Junex sont d'ex-employés d'HQ qui ont fait la prospection, dont Érick Adam. L’ancien pdg d’HQ, André Caillé (52), siège sur le CA de Junex depuis 2008. Jean-Yves Lavoie, cofondateur de Junex, a travaillé à la SOQUIP de 1974 à 1980 à titre d’ingénieur pétrolier. Un autre membre du CA, Jacques Aubert, a été membre de la haute direction puis président de la SOQUIP à la fin des années 1990. Le chef des opérations de Junex, Peter Dorrins, a occupé le poste de chef de la division Pétrole et gaz d’HQ de 2003-06. D'ailleurs, le porte-parole du groupe Maîtres chez nous, Daniel Breton, a déposé une plainte à la SQ contre le gouvernement Charest, qu'il accuse d'avoir perpétré le «vol du siècle».

▪️ Le Devoir: des gisements «inconnus» d'Hydro
▪️ Le Soleil: évaluation initiale - 3000 milliards $ échappent à Hydro
▪️ Le Devoir: «vol du siècle»
▪️ Corruption Libérale: Anticosti
▪️ Le Devoir: 40 milliards de barils
▪️ Le Devoir: gisement de classe mondiale à Anticosti
▪️ MeteoPolitique: Pétrolia et la liberté de presse.

2. La Caisse de dépôt -> 40 Milliards $

Perte de 40 Milliards $ de la Caisse de dépôt et de Placement du Québec. La Caisse a continué d'acheter pour près de 900 millions $ de papier commercial adossé à des actifs en 2007, après avoir été prévenue de l'effondrement imminent de ce marché. En 2008, Henri-Paul Rousseau, démissionne, et quelques mois plus tard, est engagé par Power Corporation, l'empire Desmarais dans laquelle la Caisse avait investi 537 millions $, incluant 131 millions $ dans l'entreprise Total où Paul Desmarais est administrateur. De plus, la caisse investit contre les objectifs de Kyoto et contre la volonté "verte" des québécois, dans les produits pétroliers dont les sables bitumineux.

▪️ Le Soleil
▪️ L'aut'JOURNAL
▪️ Ameriquebec
▪️ Le Devoir
▪️ Vidéo

3. Dette du Québec -> Doublée sous Charest

La dette était de 111,5 Milliards $ en 2004. Elle est maintenant rendue à 245 milliards. Elle augmente de 11,3 Milliards $ par année. Et pourtant, le gouvernement Charest coupe et hausse partout. Les Québécois sont parmi les plus endettés des peuples, mais ils nagent dans le bonheur! Pour l’instant. Car les seuls intérêts à payer sur la dette nous étouffent toujours un peu plus. Le service de la dette atteignait 7,8 Milliards $ dans le budget de l’an dernier. Il est devenu le troisième poste budgétaire en importance.

▪️ Dette québécoise
▪️ Chiffre qui tue
▪️ Compteur dette

4. Hausses de tarifs (La dette a pourtant doublée sous Charest)

1. Du taux d'imposition de 140 millions $.
2. Du coût du permis de conduire de 501 millions $.
3. De la cotisation au régime Québécois d'assurance parentale de 124 millions $.
4. Des frais de garde de 170 millions $.
5. Des taxes scolaires de 165 millions $.
6. Du régime d'assurance médicament de 173 millions $.
7. Du prix de l'électricité de 971 millions $.
8. Hausse de 2 % de la taxe de vente
9. Cotisation santé qui passe à 200 $
D'ailleurs, la fameuse «taxe santé» imposée à tous les contribuables, et prévue au départ pour financer les établissements de santé, deviendra une grande tirelire destinée à financer à peu près tout ce qui touche de près ou de loin à la santé, même la formation universitaire des infirmières praticiennes spécialisées.
10. Augmentation de 1 ¢ par an de la taxe sur les carburants.
Le Devoir
La presse: Taxe santé
Vidéo
5. Allègements fiscaux -> Entreprises

En 2011, le PLQ accordent 3,6 Milliards $ d'allègements fiscaux aux entreprises. Cet argent n'est pas réinvesti en production, en emploi ou en R&D par les entrepreneurs. Dans les faits, l'argent est investi dans des produits financiers qui rapportent 15% d'intérêt. Quel entrepreneur intelligent irait s'empoisonner la vie à développer son entreprise quand il peut faire 15% sans même lever le petit doigt? Et comme par hasard, le déficit du Québec s'élève à 3,8 Milliards $ pour 2011. Alors aujourd'hui on coupe partout pour réduire le déficit. Les générations suivantes se retrouveront finalement à payer le capital d'investissement des entreprises québécoises.

▪️ UQTR: Appuis aux étudiants

6. Taxe sur le capital -> Institutions financières

Retrait de la taxe sur le capital pour les institutions financières. Perte de l'ordre de centaine de millions $.

▪️ Revenu-Québec: crédit de taxe sur le capital
▪️ CCPSC: Nos richesses = leurs profits

7. Taux d'impositions -> Sociétés canadiennes

Le taux d'impôt sur les profits des sociétés canadiennes a été réduit de moitié depuis 2000 (de 29 % à 15 %) et se révèle être aujourd'hui, de loin, le plus bas des pays du G7.

▪️ UDS

8. Corruption (points liés 68 et 69)

L'émission Enquête révèle (Plan nord) des appels d'offres frauduleux et des terrains vendus 5 fois moins chers que leur valeur marchande ainsi que des contacts à "vendre", informations privilégiées, etc. De plus, dans un article paru en 2011, Normand Lester dit: "Un ancien de la GRC, qui eut à travailler dans des enquêtes internationales avec la police italienne, m'a dit récemment que la mafia avait autant d'influence au PLQ et dans l'industrie de la construction du Québec que dans les institutions semblables en Sicile." L'ancien président du C.E de la Ville de Montréal, Frank Zampino, l'entrepreneur en construction Paolo Catania ainsi que Bernard Trépanier, ancien responsable des finances du parti de Gérald Tremblay on tous été arrêté dans le cadre de l’escouade marteau. Coïncidences, de 2000 à 2008, la famille Catania, acteur important du monde de la construction, et certains cadres de l'entreprise ont donné plus de 150 000 $ au Parti libéral. On se demande encore, d’ailleurs pourquoi le 20% à 30% de dépassement de coûts dans les chantiers de construction.

▪️ Radio-Canada
▪️ Radio-Canada reportage 2
▪️ JP Martel
▪️ Chronique de Normand Lester
▪️ Le Devoir
▪️ Le Devoir : Catagna
▪️ La Presse : Catagna financement PLQ
▪️ La Presse : Catagna et Zampino
▪️ Radio Canada : Rapport anti-collusion

9. PLQ -> Financement de la caisse électorale (Points liés 11,13,57,59,66,67)

26% provenant de fonds sectoriels. ILLÉGAL. Le PLQ a confirmé que ses 26 ministres DOIVENT amasser 100 000 $ par an. On peut donc parler de 2,6 millions $. Lors d'une activité partisane, M. Charest avait remis personnellement à Louis-Georges Boudreault, lequel a été arrêté par l'UPAC, le prix du «militant exemplaire». Le même Boudreault s'est vu remettre par le Directeur général du Qc, en décembre 2011, 2 constats d'infractions pour financement illégal. En 10 ans, M. Boudreault a versé 5385 $ au PLQ. Arrêté lui aussi, le président d'Écolosol, Normand Trudel, proche de Tony Accurso (point 68,69), avait organisé une soirée-bénéfice au profit du PLQ en 2004. Jean Charest avait fait une apparition à cette soirée dont le ticket d'entrée coûtait 1000 $. Au total, 107 500 $ avaient été recueillis. Quant au maire de Mascouche, Richard Marcotte, visé par un mandat d'arrestation, il a été candidat libéral en 2003. Il est à noter que La famille Desmarais (qui contrôle une grande part des médias au Québec) et la famille Catagna contribuent généreusement à la caisse électorale du PLQ (point Cool.

▪️ Le Devoir: Jean Charest reste coi
▪️ SRC: 6 à 9 millions $ pour une élection
▪️ Le Devoir: un appui au PLQ

10. Commission Charbonneau -> Construction

Refus de faire une commission d'enquête sur la construction malgré l'opinion publique (il se rétracte plusieurs mois après, pourquoi? Pour éliminer des preuves?). Un ex-fonctionnaire du Conseil exécutif, vétéran du ministère de Jean Charest, occupe un poste clé au sein de la commission Charbonneau.

▪️ Le Devoir: la commission d’enquête
▪️ TVA nouvelles : Conseiller de Charest

11. Commission Bastarache -> Nomination partisane des juges

La commission Bastarache qui a été déclenchée suite aux allégations de Marc Bellemare a coûté 6 millions $ et traitait de l'influence qu’auraient exercée certaines personnes liées au financement du PLQ dans le processus de nomination des juges, alors qu'il était en poste de 2003-04 dans le Gouvernement de Jean Charest.

▪️ La Presse: après les nominations, le financement
▪️ Journal de Montréal
▪️ La Presse: Charest change le processus

12. Scandale des commandites

Louis Pichette a dû démissionner du cabinet de Charest après avoir empoché 8000 $ d'une firme de communication. Michel Guitard et Claude Lemieux, tous 2 à l'emploi du cabinet du premier ministre, ont aussi été montrés du doigt dans ce dossier. Conseiller de Charest, M. Guitard était à l'emploi du Groupe Everest au moment même où la vérificatrice générale, Sheila Fraser, s'apprêtait à faire éclater le scandale des commandites. Quant à M. Lemieux, aujourd'hui directeur de la députation au sein du cabinet, il était à l'emploi d'Alfonso Gagliano de 1997 à 2002, soit en plein coeur des opérations douteuses scrutées par la commission Gomery. Le nom de France Dionne, ancienne candidate libérale dans Kamouraska-Rivière-du-Loup, et cousine de la femme de Jean Charest, a notamment fait surface au cours de la commission Gomery.
Le Devoir : Conseillers montrés du doigt
Scandale des commandites: France Dionne
13. Scandale des garderies

Tony Tomassi et Michelle Courchesne, 2 anciens ministres de la famille ont été impliqués dans un scandale d’attribution des places en garderie. Dans un rapport percutant déposé à l'Assemblée nationale, R.Lachance affirme que le processus d'attribution des places en 2008 a manqué de rigueur et «a laissé une grande place à la subjectivité». Mme Courchesne est allée à l'encontre de l'avis de ses fonctionnaires pour 21% des projets qu'elle a retenus. Cela représente 85 projets - 3700 places - présentés parfois par des donateurs libéraux. Mme Courchesne (point 30) a accordé 130 places à Joe Magri, ami d'enfance de Tony Tomassi, expulsé du caucus libéral l'an dernier. Dans les Laurentides, les 4 projets choisis par la ministre venaient de promoteurs ayant contribué à la caisse électorale du PLQ.

▪️ La Presse: Tony Tomassi encore éclaboussé
▪️ La Presse: Tony Tomassi dans la mire du DGE
▪️ La Presse: Michelle Courchesne éclaboussée

14. Ressources énergétiques

Procéder de façon antidémocratique en privatisant les ressources énergétiques, alors qu’elles ont été nationalisées en 1962.

▪️ Le Devoir: PDF
▪️ IEDM: PDF

15. Accord de libre échange -> Ressources Naturelles

Signature d'un accord de libre échange avec l'Union européenne sur nos ressources naturelles sans consultation de la population.

▪️ FTQ
▪️ La Presse: les secrets du libre-échange avec l'Union Européenne

16. Plan Nord -> Nationalisons les investissements, privatisons les profits

Investissements publics au profit de multinationales étrangères pour l'extraction de ressources non-renouvelables, destruction de territoires autochtones et non-respect des droits des Innus de Maliotenam. Ce peuple autochtone a rejeté 2 fois par référendum l'entente avec Hydro-Québec. Maintenant, ils sont victimes d'injonctions pour permettre la poursuite des chantiers. Elle est où l'acceptabilité sociale, élément clé du développement durable? Selon M. Chossudovsky, Professeur de science économique et Directeur du Centre de recherche sur la mondialisation, les richesses du Nord seront vendues à rabais à des « investisseurs privés ». Investissements publics et privés : 82 Milliards $ /25 ans. Financement gouvernemental de 2012-15 : 1,6 Milliard $ ; frais de « promotion »: 500 millions $ /5 ans pour « attirer des partenaires privés ». Le financement du Plan Nord gruge les dépenses sociales, au bénéfice des grandes multinationales jouissant d'un généreux appui gouvernemental.

▪️ Le Devoir
▪️ JP Martel
▪️ TVA nouvelles
▪️ Newswire

17. Ressources Québec

Création de Ressources Québec, une filiale d'Investissement Québec, deviendra le bras financier chargé de doubler les prises de participation publique dans les projets miniers, qui passeront de 500 millions à 1 Milliard $ en 5 ans.

▪️ Le Soleil: les points saillants du budget Bachand

18. Firme SECOR et IRIS -> Plan Nord (points liés 58, 64)

La firme SECOR estime les retombées du Plan Nord à 147 Milliards $, tandis que l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS) estime que le manque à gagner sera de 2.3 milliards sur 25 ans.

▪️ Le Devoir: Charest écarte l’étude de l’IRIS sur le Plan Nord

19. Conciliateur Plan Nord

Le ministère de l'éducation paie 288 090 $ pour les services d'un conciliateur (contrat de gré à gré), c’est-à-dire sans appel d'offres, dans le cadre de la mise en oeuvre du plan Nord.

▪️ Huffington Post

20. Route 167 -> Mine de diamant (Point lié 16)

+/- 300 millions $ pour une route qui mènera à une mine de diamant au nord de Chibougamau. Le gouvernement assumera la majeure partie de la facture en investissant pas moins de 287,6 millions $ dans le projet, soit 8 millions de plus que ce qui était inscrit dans le document présentant les investissements en infrastructures dans le cadre du Plan Nord. Un gisement dont la valeur pourrait dépasser les 5 Milliards $(aucune transformation au Québec). Selon les prévisions budgétaires, la construction de cette route de 243 kilomètres coûtera 331,6 millions $, soit 1,4 million du kilomètre.

▪️ Le Devoir
▪️ Le Devoir article 2
▪️ Les Affaires

21. Revenu Québec -> Image

Revenue Québec consacre 4,5 millions $ afin de redorer son image (image corporative?)

▪️ Huffington Post: dépenses publicitaires

22. Indices de richesse de Revenu Québec

Le projet Indices de richesse de Revenu Québec, qui croise des milliards d’informations personnelles, vise à récupérer des millions de $ en impôts et taxes non payés. Toutefois, ce sont les PME qui sont passées au rouleau compresseur, alors que les gros bonnets dorment tranquille. Sous le couvert de l'anonymat, 2 employés de Revenu Québec ont confirmé une pratique douteuse de "quotas". Selon eux, chaque employé est tenu de récupérer un minimum de 500 $ par heure. Ce seuil augmente avec l'ancienneté et atteint parfois jusqu'à 3000 $ dans certaines régions plus importantes. Dans ce dossier, Revenu Québec est accusé d’acharnement. En effet, l’entrepreneur Jean-Yves Archambault qui a poursuivi Revenu Québec pour 12,7 M$ a remporté une victoire en obtenant que le ministère rembourse ses frais d’avocats jusqu’à la tenue du procès.

▪️ Canoe
▪️ Canoe
▪️ Communiqué
▪️ TVA nouvelles
▪️ Contrepoints: les gros bras de Revenu-Québec
▪️ Canoe
▪️ Revenu Québec : Jugement cinglant

23. Utilisation du Bâillon

Le gouvernement Charest adopte des lois (exemples: Loi 115, 100, 78) en imposant outrageusement le bâillon (contre la volonté des partis d'opposition qui représentent, réunis, la majorité de la population).

▪️ Radio-Canada: projet de loi 115 adopté
▪️ La Presse: Charest impose le bâillon

24. Grève des procureurs

Le chef du Bureau de lutte au crime organisé, Claude Chartrand, a demandé à être relevé de ses fonctions suite à l'adoption de la loi spéciale (point 23) qui a forcé le retour au travail des 1500 procureurs et juristes. Ces derniers étaient en grève puisqu'ils ont calculé qu'il manquait 200 procureurs de la Couronne au Québec, soit 45 % de leur nombre actuel. Les délais en justice criminelle ont augmenté de 55 % en 10 ans. Selon le Vérificateur général du Québec, il s'est rajouté en cinq ans 127 000 dossiers en attente.

▪️ Le Devoir: la grève des procureurs
▪️ Le Devoir:
▪️ Vidéo

25. Gestion des universités et salaires des recteurs

Donald Cuccioletta qui fut congédié pour plagiat par l’université d’État de New York à Plattsburgh en 2004. Il fut par la suite réengagé à la chaire Raoul-Dandurand de l’UQAM. C’est ça, l’excellence universitaire du Québec?. La rectrice de McGill, Heather Munroe-Blum, qui est à la charge d’une université de quelques 42 000 universitaires touche un salaire 3 fois plus élevé que celui du premier ministre Charest qui est à la charge d’une province de 8 Millions de québécois. Tandis que le recteur de l'Université Laval s'est fait accorder une hausse de salaire de 43 %, juste avant l'annonce du budget Bachand sur la hausse des droits de scolarités. Sans compter, évidemment, les frais de déplacement, d’hébergement, et les autres avantages sociaux à la charge des contribuables. Une compilation faite à partir de documents obtenus en vertu de la Loi sur l'accès à l'information, nous apprend notamment que les recteurs, vice-recteurs et autres doyens ont totalisé des chèques de 942 304 $ au moment de dire adieu à leurs patrons respectifs.

▪️ Le Devoir
▪️ Canoe
▪️ Canoe article 2
▪️ Le Soleil
▪️ Canoe article 3
▪️ Canoe article 4
▪️ La Presse
▪️ Le Devoir article 2

26. Salaires des maires

Les maires gonflent leur salaire officiel de 30 % ou 40 % avec les primes qui y sont attachées. La loi sur le traitement des élus municipaux est votée par les députés à l'Assemblée nationale qui, eux-mêmes, sont passés maîtres dans l'art de maquiller leurs salaires.

▪️ Journal de Québec

27. Salaire de Jean Charest -> PLQ

En 2006-07, Le Québécois révélait la valeur des maisons que possède Jean Charest et affirmait, en considérant les revenus du premier ministre, que celui-ci n’avait pas les moyens de se payer le train de vie qui était le sien. Grâce aux documents disponibles, et sachant qu’il n’en coûtait pas moins de 30 000$ pour louer une résidences aux abords du lac Massawippi, il a été établi que le manque à gagner de Jean Charest était de 75 000$ par année. Étonnement, le président du PLQ, Jean D’Amours (coupable de lobbysme, point 70) a émis un communiqué affirmant que Charest recevait depuis 1998, 75 000$ annuellement, somme puisée à même un fond secret du PLQ. Cette mesure voulait protéger le premier ministre d'être "tenté" par la corruption. La confiance règne.

▪️ La Presse: Salaire Jean Charest
▪️ AmériQuébec: Résidences Charest

28. Salaire des cadres -> Établissements de santé

La masse salariale du personnel-cadre des établissements de santé du Québec a atteint le plateau duMilliard $ en 2010-11. Il s'agit d'une hausse de 29 % en 5 ans. En 2010-11, 14 374 personnes ont occupé un poste de cadre et étaient éligibles à un boni. «Il y a définitivement trop de cadres, croit aussi le président de la Coalition des médecins pour la justice sociale, le Dr Paul Saba. On le voit partout, il y a des gestionnaires pour gérer des gestionnaires. L'argent devrait plutôt être investi dans les soins aux patients.»

▪️ Canoe

29. Démissions PLQ -> Primes de départ

Monique Jérôme-Forget : 146 000 $ et retraite sans pénalité
Jacques Dupuis : 150 000 $ et retraite sans pénalité
Nathalie Normandeau : 150 000 $
David Whissell : 137 000 $
Tony Tomassi : 122 000 $
Line Beauchamps : 150 000$

▪️ SOS contribuables

30. Mouvement étudiant -> La Crise (Point lié 33)

Hausse des droits de scolarité de 82% alors que le rapport Parent proposait un gel, jusqu'à la gratuité. Contrairement à la croyance populaire (points 31, 32), les étudiants refusent de payer cette hausse puisque le gouvernement dilapide les ressources financières des contribuables (points 4, 8, 25, 38), tout en donnant généreusement aux entreprises et aux institutions financières (points 5,6,7). Le 14 mai, Line Beauchamp démissionne (point 30), incapable de régler le conflit et est remplacée par Michelle Courchesne (scandale des garderies point 13). Le 16 mai, Jean Charest annonce une loi spéciale (point 23) qui prévoit, entre autres, la suspension des sessions dans les établissements en GRÈVE et autres mesures corsées à teneur anti-démocratique. De plus, selon CHRISTOPHE CATHERINE, le gouvernement Charest a utilisé les 10 techniques de manipulation de masse pour contrôler l'opinion publique.

▪️ IRIS
▪️ Loi spéciale
▪️ La presse : Manipulation de masse grève étudiante
▪️ Radio Canada : Loi spéciale

31. Propagande anti mouvement étudiant

Propagande anti-mouvement étudiant à la radio québécoise (2 pubs) et achats des mots clés "grève étudiante", "FEUQ", "FECQ" et "ASSÉ" sur Google ont fait l'objet d'une dépense totalisant 400 000 $ afin de promouvoir le point de vue gouvernemental et être redirigé vers le site gouvernemental www.droitsdescolarite.com.

▪️ La Presse
▪️ Le Soleil

32. Influence dans les sondages

Le bureau de Jean Charest cherche à influencer à son avantage les sondages en ligne qui portent sur des politiques gouvernementales.

▪️ Le Soleil : PLQ influence sondages
▪️ Radio Canada : PLQ influence sondages

33. Brutalité et répression policière

Brutalité, abus et répression policière, notamment sur des enfants (je l'ai vu moi-même!) et des personnes âgées (gaz et matraque). Aucune condamnation du Gouvernement. Non respect du code de déontologie policier. Arrestation de masse sans justification. Plus d'arrestations depuis le début de la crise étudiante que lors de la crise d'octobre (FLQ) qui était, doit-on le rappeler, sous la Loi des mesures de guerre.

▪️ Radio-Canada
▪️ La Presse: Victoriaville enquête publique
▪️ Ameriquebec: Congrès du PLQ à Victoriaville
▪️ Vidéo
▪️ Vidéo 2

34. Loi 101

Ramollissement de la loi 101 (dans les institutions, l'affichage, le recule de la langue française (tsé, genre pas rap, c't'évident men!...)

▪️ La Presse

35. Réforme scolaire

Bâclage de la Réforme scolaire (instaurée par le PQ et réformée "renouveau pédagogique" par le PLQ). Les bribes de données recueillies par le ministère de l'éducation laissent entrevoir des résultats décevants. Le taux de réussite des élèves de sixième année à l'épreuve uniforme de français est passé de 90 % en 2000 à 83 % en 2005. Bref, les nouvelles mesures du PLQ donnent des résultats négatifs.

▪️ Le Soleil
▪️ Le Devoir: résultats réforme scolaire
▪️ Le Soleil: Portrait sombre
▪️ Journal Le Courrier
▪️ Vlb éditeur
▪️ La Presse: la réforme réformée

36. Financement -> Écoles anglophones

30% du budget de l'éducation est destiné aux écoles anglophones, soit pour 8% de la clientèle étudiante.

▪️ Journal Metro
▪️ L’hebdojournal: répartition financement dénoncée
▪️ Vidéo: apartheid universitaire

37. Financement -> Écoles privées juives

Charest voulait financer à 100 % des écoles privées juives (2005) à la hauteur de ce qu'il accorde aux écoles du réseau public afin de «favoriser les échanges culturels». Il s'est rétracté devant la panique dans l'opinion publique mais reste que.

▪️ Le Devoir: financement écoles privées juives
▪️ Vigile

38. Pactole de 550 millions -> Éducation

Québec a reçu 550 millions $ du fédéral pour financer les bourses aux étudiants des cégeps et des universités. L’argent est utilisé à d’autres fins.

▪️ Journal de Montréal: l’argent utilisé à d’autres fins

39. Financière agricole

86 millions $ à CINQ méga-producteurs de porc (estimation annuelle) par le biais de la financière agricole.

▪️ Radio-Canada

40. CHUM

Contribuer au déficit commercial du Québec en donnant le contrat de construction du Centre hospitalier de l’Université de Montréal à des firmes étrangères pour 2,089 Milliards $.

▪️ La Presse: CHUM

41. Gentilly -> Usine nucléaire

Le pdg d'HQ, Thierry Vandal, n'a pu confirmer que la réfection de Gentilly-2 coûterait moins de 3 Milliards $. Le projet de réfection devait coûter au départ 850 millions $. M. Vandal a toutefois annoncé que le projet dépasserait les 2 Milliards $.

▪️ Canoe
▪️ Le Soleil
▪️ Le Nouvelliste: 3 M gentilly 2
▪️ 98,5 FM

42. Amphithéâtre de Québec

200 Millions $ pour un amphithéâtre qui sera déficitaire. Québec bénéficiera de 15% des profits, mais de 50% des pertes aussi.

▪️ Le Devoir: Cadre financier pour l’amphithéatre
▪️ La Presse: Québécor et l’amphithéatre
▪️ Le Devoir:

43. Mine Jeffrey

Garantie de prêt de 58 millions $ pour assurer la relance de la mine d'amiante Jeffrey, à Asbestos après que cette industrie aie fait des milliers de victimes et de décès au Québec seulement.

▪️ La Presse: Controverse de l’amiante

44. Mont Orford

Privatisation semi-avortée du mont Orford. Réduction de 459 hectares du parc du Mont Orford.

▪️ Parc Orford

45. Le Suroït

En 2004, le gouvernement annonce qu'il annule le projet du Suroit, il annonce du même coup que la centrale thermique de Bécancour sera construite. Le contrat est octroyé et comme cette nouvelle centrale se construit en plein parc industriel à risques élevés (près de la centrale nucléaire Gentilly), il n'y a pas de contestation organisée. Cinq ans plus tard, on apprend que cette centrale s'est avérée inutile et qu'Hydro-Québec doit malgré tout payer un montant annuel de 150 millions $ à TransCanada Energy, même si la centrale ne fait pas d'électricité. Pire, on apprend de la bouche du président d'Hydro-Québec Distribution que la hausse des tarifs d'électricité est en partie le résultat de cette dépense dont ils avaient pourtant été avertis de l'inutilité.

▪️ Le Devoir:
▪️ Le Devoir: Charest recule
▪️ Le Soleil: hausse d’électricité causée par la centrale thermique
▪️ PQ: ministre des Ressources naturelles dans l’embarras

46. Site d'enfouissement EBI

Le gouvernement Charest accepte le projet d'agrandissement du site d'enfouissement d'EBI augmentant la capacité d'enfouissement de 9 à 30 millions de tonnes d'ici à 25 ans, malgré les recommandations du BAPE. Le BAPE jugeait inacceptable et dangereux pour l'avenir de l'agriculture locale, en plus de ne pas respecter les 3 enjeux du développement durable en plus d'aller à l'encontre de la politique gouvernementale de gestion des matières résiduelles.

▪️ Le Devoir: le BAPE EBI

47. Panneaux routiers

Remplacement des panneaux routiers pour 760 millions $ (appels d'offres lancés avant l'adoption des orientations du gouvernement quant aux accommodements de la population "vieillissante".)

▪️ Le Devoir: 700 millions $ pour le privé

48. Tableaux blancs interactifs

Le 23 février 2011, Jean Charest a lancé, à la surprise générale, un programme de 240 millions $ en cinq ans pour procurer des tableaux blancs interactifs à toutes les classes des écoles primaires et secondaires. Un an plus tard, on constate que la grande majorité des TBI sont commandés d'une façon inhabituelle à un fournisseur quasi unique: Smart Technologies, dont le lobbyiste est un ancien membre du cabinet de M. Charest.

▪️ La Presse: tableau blanc

49. Îlot voyageur

En 5 ans, le budget du Complexe des Sciences et de l’Îlot Voyageur est passé de 392 millions $ à quelque 728 millions $. Roch Denis a démissionné de son poste de recteur en 2006 dans la foulée des révélations entourant les dépassements de coûts de ces projets. Malgré cela, il a eu droit à une importante allocation de départ de 173 000 $ (point 25). Après avoir englouti plus de 510 millions $ dans ce projet, le gouvernement a décidé de cacher une partie du bâtiment laissé à l'abandon au coût de 60 000 $.

▪️ Canoe: Roch Denis
▪️ Canoe
▪️ Radio-Canada

50. Train de l'Est

En 5 ans, les coûts de ce chantier sont passés de 300 à plus de 715 millions $. En réduisant son ampleur - par exemple en éliminant la gare prévue à Charlemagne -, Québec compte réduire la note à 671 millions $. Après ce fiasco, M. Gauthier, directeur de l'Agence métropilitaine de transport, ancien dg du Parti libéral au moment de l'arrivée au pouvoir de Jean Charest, quitte AMT pour passer au privé.

▪️ La Presse: Joel Gauthier

51. Wagons de Métro

En 2006, le gouvernement Charest veut confier le contrat de gré à gré à Bombardier, mais cette démarche fut contestée en 2008 par l'entreprise française Alstom qui gagne en Cour Supérieure. Un consortium Bombardier-Alstom est formé, mais contesté par les Chinois, en 2009, qui demandent un vrai appel d'offre public international. 2010, les Espagnols contestent eux aussi. Bref, 4 ans de niaisage pour ne pas avoir suivi les procédures légales d'appels d'offres.

▪️ Le Monde

52. Énergie éolienne -> Le cas Siemens.

En 2005, André Caillé et Thierry Vandal d’Hydro-Québec, Pierre Corbeil, ministre des Ressources naturelles et Jean Charest refusent l’offre de partenariat de développement éolien avec la firme Siemens, reconnue mondialement pour son expertise dans le domaine. Cette dernière proposait d’investir 4.5 milliards et de créer au moins 2 500 emplois permanents. Siemens projetait de construire une usine au Saguenay-Lac-Saint-Jean et un centre de recherche dans la région de Montréal. Les 3000 MW auraient été produits autour du bassin hydroélectrique de LG-4, ainsi que dans la région de Manicouagan, ce qui en faisait une véritable solution de rechange au détournement de la rivière Rupert. Siemens offrait de faire du Québec son centre de production éolienne pour l'ensemble du marché nord-américain, lequel devrait tripler de volume d'ici 2020. Ce qui est d'autant plus aberrant, c'est que par la suite, Thierry Vandal, accorde près de 1 000 MW d’éolien à Électricité de France, une entreprise sans expertise. Tout aussi grotesque, M.Vandal, ancien VP de Gaz Métro accorde une partie d’un contrat de 275 MW d’éolien à Gaz Métro, laquelle est tout aussi dépourvue d’expertise en système éolien.

▪️ Projet Siemens
▪️ Pétrole: Qui tire les ficelles?

53. Hydro-Québec et TransCanada Energy

Le ministre Clément Gignac s'est résigné à laisser filer quelque 1,8 Milliard $ au cours des prochaines années. Une somme qui s'ajoutera aux 800 millions $ déjà payés par Hydro-Québec pour dédommager la multinationale TransCanada Energy.

▪️ Le Soleil
▪️ PQ

54. Rio Tinto Alcan -> Contrat d'électricité et Subventions

RTA, qui a échappé à la nationalisation de l’électricité,, est propriétaire de 3 centrales sur la rivière Saguenay, et en vertu d’un bail renouvelé jusqu’en 2058, est également locataire de 3 centrales sur la rivière Péribonka pour une capacité globale de près de 3000 Mw. Lors de la vente de l’Alcan à Rio Tinto, en 2006, le gouvernement de Jean Charest a reconduit un contrat d’énergie (rachat d'électricité), de 342 Mw de 2023 à 2045 et a accordé un nouveau contrat de 225 Mw et un prêt sans intérêts de 400 millions$. En 30 ans, les privilèges financiers accordés à RTA ont presque doublés passant de 333 millions à 587$ millions, alors que le nombre d’emplois est passé de 12 646 à environ 7 000.

▪️ Radio-Canada
▪️ L'autjournal: Le scandale de RTA

55. Michael Sabia

Le patron de la Caisse de Dépôt touche 1,78 millions $ en salaire.

▪️ La Presse: Michael Sabia

56. Famille de Line Beauchamp

Le conjoint et la famille de Line Beauchamp ont des titres de Gaz Métro et de Enbridge, 2 des partenaires du projet de gaz méthanier de Rabaska, à Lévis.

▪️ Canoe

57. Line Beauchamp -> Mafia

La ministre Line Beauchamp déjeune avec un membre de la mafia. Selon Donato elle n'ignorait pas l’identité du présumé mafieux ayant participé à son activité de financement. Si Line Beauchamp avait porté un nom à consonance italienne, son activité de financement à laquelle le présumé mafieux Domenico Arcuri a participé en 2009 aurait provoqué une enquête policière de l'UPAC. C’est ce que soutien Donato Tomassi, ex-organisateur libéral et père de l’ancien ministre de la Famille, Tony Tomassi, accusé de fraude et d’abus de confiance (point 13).

▪️ La Presse: Beauchamp mafia
▪️ Le Devoir: Politiciens ont peur de leur ombre

58. Nathalie Normandeau -> Plan Nord

L'ex-ministre des Ressources naturelles et ex Bras droit de Charest, Nathalie Normandeau est devenue VP du développement stratégique (Plan Nord) pour la firme d'experts-comptables Raymond Chabot Grant Thornton.

▪️ Canoe: Nathalie Normandeau
▪️ RCGT: Nathalie Normandeau

59. Nathalie Normandeau -> Usine d'épuration des eaux de Boisbriand

L'ex-ministre des Affaires municipales, Nathalie Normandeau, a accordé, contre l'avis de ses fonctionnaires, une subvention de 11 millions $ pour l'usine d'épuration des eaux de Boisbriand. Drôle de coïncidence, Lino Zambito, qui fait lui-même face à plusieurs accusations dans le dossier de Boisbriand, et la firme de génie-conseil Roche, qui ont obtenu le contrat des plans et de la construction de l'usine de Boisbriand, ont organisé 5 soirées de financement pour l'ex-ministre Normandeau.

▪️ Radio-Canada

60. David Whissell -> ABC Rive-Nord

Le député libéral d'Argenteuil et ancien ministre du Travail David Whissell quitte la politique. Il s'était retrouvé au coeur de la controverse lorsque des médias ont fait état des contrats publics de plusieurs centaines de milliers de dollars obtenus sans appel d'offres par ABC Rive-Nord.

▪️ Le Devoir: David Whissel

61. Patrick Servant -> Démission

Patrick Servant, rédacteur des discours de Jean Charest démissionne en 2011 puisqu'il se dit « mal à l'aise de relayer la position du gouvernement qui n'est pas dans le meilleur intérêt des citoyens ».

▪️ Radio-Canada: Rédacteur des discours de Charest

62. Philippe Couillard -> La réforme santé

La réforme Couillard force la fusion des établissements de santé (CLSC avec les CHSLD et hôpitaux). Coupures de services, la prévention et les services sociaux sont plus que jamais les parents pauvres, le fonctionnement est moins démocratique et le personnel est démobilisé. Rappelons que ces fusions forcées ont eu lieu en 2004, à la suite de l’adoption, sous le bâillon, de la loi 25 en décembre 2003.

▪️ Le Devoir: Réforme santé

63. Philippe Couillard -> Firme Persistence Capital Partners

Philippe Couillard, ancien ministre de la Santé, a démissionné en 2008. Deux mois plus tard, il a été recruté par la firme Persistence Capital Partners, un fonds d'investissement privé en santé. Tout juste avant sa démission, le Conseil des ministres avait adopté, à sa recommandation, 2 modifications à des règlements favorisant les cliniques privées.

▪️ Radio-Canada: Enquête ouverte

64. Philippe Couillard -> Firme SECOR

M. Couillard, ex-ministre sous Charest, se joint en 2011 à la firme SECOR. Il agi comme conseiller stratégique auprès des clients canadiens et étrangers dans les domaines de la santé et des sciences de la vie. Il est à noter que la firme SECOR est également l'entreprise privilégiée par Jean Charest pour le conseiller dans le développement du Plan Nord (point 18).

▪️ Couillard et firme SECOR

65. Jacques Dupuis -> Port d'arme

En 2008, le ministre de la Sécurité publique, Jacques Dupuis, a reçu à son bureau l'entrepreneur controversé M. Correti, qui sollicitait de l'aide pour obtenir un permis de port d'arme à titre de dirigeant de la filiale Centurion (permis précédemment refusé par la SQ). Le ministre a soutenu avoir avisé M. Coretti qu'il ne pouvait intervenir dans ce dossier. Il lui a néanmoins fait rencontrer son chef de cabinet, Jocelyn Turcotte, un ancien de la SQ. À la suite de cette rencontre, M. Coretti a finalement obtenu satisfaction.

▪️ La Presse: Dupuis et BCIA

66. David Grégoire -> Financement illégal

David Grégoire, candidat défait du Parti libéral du Québec dans le comté de Masson à l'élection générale de 2008, reconnait avoir reçu par 2 fois de l'argent comptant pour financer sa campagne électorale.

▪️ Radio-Canada

67. Luc Ouellet -> National

Luc Ouellet, ami de M.Charest depuis 25 ans, et associé directeur du Cabinet de relations publiques National, obtient de lucratifs contrats gouvernementaux. National a facturé au gouvernement 6400 $ pour un discours d’une minute prononcé à l’Assemblée nationale par Clément Gignac, alors ministre du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation. Le chef libéral aurait assisté à son mariage avec Mme. Gagnon, maintenant employée aux communications dans le cabinet du premier ministre. M. Ouellet s’est engagé dans la collecte de fonds pour le PLQ. Dans une lettre que l’Asso libérale de Jean-Lesage, il est écrit que M.Ouellet communiquera avec eux en vue d’un cocktail-bénéfice.

▪️ Le Devoir: Luc Ouellet

68. Tony Accurso -> Contrats publics

La réorganisation des entreprises de Tony Accurso lui permet non seulement de continuer à obtenir des contrats publics, mais elle pourrait aussi priver le fisc de 45 millions $. Avant de se protéger de la faillite, Simpler (achetée par Accurso) a survécu grâce à des injections massives de fonds publics. Le gouvernement du Québec y a injecté (et perdu) des millions $. Autrement dit, les pertes de Simpler que cherche à utiliser le groupe Accurso pour alléger sa facture d'impôts ont été accumulées en grande partie avec des fonds publics.

▪️ La Presse

69. Tony Accurso -> Cimenterie

Tony Accurso planifie avec des bailleurs de fonds italiens et la multinationale Simest SPA, tous réunis dans la société Colacem Canada Inc. dont il est le vice-président, la construction d’une cimenterie à L’Orignal, et ce, même si Simard-Beaudry et Louisbourg Construction, 2 sociétés de Tony Accurso, ont vu leurs licences suspendues par la Régie du bâtiment du Québec pour cause de fraudes fiscales.

▪️ Le Devoir

70) Jean D'amours

Le député libéral de Rivière-du-Loup et ancien président de PLQ, Jean D'amours, reconnaît sa culpabilité à une infraction à la Loi sur la transparence et l'éthique en matière de lobbysme.
RC: Jean D'amours
71. Loi 31

Réduction des droits des travailleurs avec la Loi 31.

▪️ TagTélé: vidéo

L'ignorance n'est pas un crime, mais c'est un criss de gros handicap!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lucifercosmique.forumactif.org
 
CORRUPTION DE CHAREST
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand les impies de Rome enseignent la corruption des moeurs.
» LES FAUX PROPHÈTES DE MAMMON: CORRUPTION !!!
» Pérou: la corruption est une plaie qui mine le développement
» Grande-Bretagne - piratage téléphonique et corruption maconnique dans les services publics
» Corruption au sein de l'UE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LUCIFER ET LA FEMME :: En prenant un café-
Sauter vers: