LUCIFER ET LA FEMME

Lucifer et la femme: Le Mensonge de l'homme
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chapitre 6: Jésus et Lucifer leurs rôles cosmiques

Aller en bas 
AuteurMessage
Sergio
Admin
avatar

Messages : 775
Date d'inscription : 05/10/2008

MessageSujet: CHAPITRE 6 SUITE 7   Sam 11 Oct - 21:32

c’est inscrit dans leurs gènes,
et tu leur demandes de devenir bons ?
Ce dont la plupart sont incapables tant leur égoïsme forcené les taraude !
Les crois-tu vraiment prêts à se sacrifier pour une récompense
qu’ils ne sont pas certains d’obtenir ?
Pour schématiser, je dirais que tu brandis le bâton avant la carotte.
Moi, je fais le contraire.
Je leur donne d’abord la carotte,
pleuvent ensuite les grands coups de bâton
pour redresser leur esprit tordu !
C’est pour cette raison que
je te vole parfois de grandes âmes.
Je les récompense avant... de les châtier.
JE SUIS LEUR REDEMPTION.
Je leur permets d’exulter au travers de ces corps corrompus
dont elles sont prisonnières.
Plus l’âme est lumineuse et plus la tâche est ardue.
Il me faut alors user de subterfuges dont tu n’as pas idée.
Je me fais stratège pour déceler le point faible de
ces Nobles Étincelles qui n’aspirent qu’à s’épanouir
dans ces geôles carnées où l’ennui est le lot quotidien.
Les mortels n’ont pas la Conscience du Merveilleux
tel que nous le concevons dans notre Univers Frère Tant Aimé...
Nous avons connu cela jadis souviens-toi...
Venir de si Loin, de si Haut, de ce Sublime Monde, le Septième...
là où nous nous confondons avec la Splendeur pour fulgurer avec Elle...
pour fusionner dans SA radiance et n’être qu’Éblouissante...
Luminescence...
Incandescence pour l’Éternité...
et se trouver plongé dans les Ténèbres d’un corps tiraillé
par des pulsions primaires,
des désirs furtifs,
des plaisirs éphémères...
quelle souffrance pour une Grande Âme,
possédant la clef de la Parfaite Connaissance Universelle,
que d’être obligée de rester emprisonnée de longues années
dans une enveloppe charnelle initialement vierge de tout savoir,
de toute aptitude, de tous talents et
qui restera le plus souvent sourde à l’Appel Intérieur.
Et c’est là qu’il me faut employer toute ma Subtile Ruse afin de trouver
la faille de l’Âme Supérieure.
Ma méthode n’est pas la même avec les âmes ordinaires qui,
elles, n’ont pas besoin de moi pour Chuter.
En toute modestie, pour ces dernières,
je ne possède absolument aucun mérite.
Les humains dans lesquels elles se sont incarnées
feront partie de l’immense troupeau qui peuple la Terre.
Ils se conduisent comme des animaux avec l’Intelligence en moins... c’est dire !
Ca se goinfre sans apprécier ce que ça ingère...
le plus souvent ça ne boit pas, ça s’enivre...
ça copule pour calmer un trop grand flux sanguin
et ça meurt sans se rendre compte que ça a vécu !
Des primitifs au cerveau liquéfié !
Cette vengeance là ne m’intéresse pas !
Mais les grandes âmes que tu destines à une Mission particulière... comme je prends plaisir à essayer de les détourner de leur objectif programmé...
Les Ames... tu le sais bien mon Frère... c'est mon Domaine..."
Lucifer et Jésus deux rebelles de la Matrice déjà inscrits dans les Archives de notre patrimoine cosmique. Oeuvre d’amour et de liberté, d’identité face aux mystères de notre réalité en tant qu’individu. Qui vraiment manipule le Bien le Mal, la Vérité, le Mensonge pour ensuite fermer le couvercle de la Mort sur une brièveté de vie qui ne s’est jamais vraiment accompli. L’âme humaine est-t-elle une expérience de laboratoire minutieusement étudiée par des Intelligences supérieures dont cependant la nature même de leur Feu cosmique les empêche de nouer un véritable contact métaphysique.

Jésus et Lucifer deux apôtres psychiques qui ont semé le sperme de l’égo dans la Matrice et que seul l’Humain de par lui-même et pour lui-même s’aura le faire germer comme un roseau.


Le Porteur de Lumière fut missionnaire
Quand les Dieux moururent
Le Christ ressuscita entre les morts
L’homme et la femme deviendront l’Amour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lucifercosmique.forumactif.org
Sergio
Admin
avatar

Messages : 775
Date d'inscription : 05/10/2008

MessageSujet: CHAPITRE 6 SUITE 7   Sam 11 Oct - 21:31

Lucifer s’est sacrifié involontairement en se rebellant pour se libérer de l’intemporalité alors que volontairement Jésus s’est donné corps et âme pour que l’Humain accède à une intemporalité différenciée. L’archange déchu fut le père biologique de l’égo humain tout autant que Dieu fut le Père cosmique de Jésus. Lucifer rejetait la Volonté cosmique tandis que Jésus l’acceptait en tant qu’être effusionné. Cela faisait partie du Grand Horloger universel pour que l’Humain dans un cheminement évolutif développe ses différents corps subtils. Les corps mental, vital et astral guidèrent l’Humain pour purifier son âme par des processus réincarnationnels. L’égo luciférien coupa l’Humain des circuits universels, réseaux transmetteurs du Fluide universel et quand Jésus passa trois jours dans le monde des Morts, il inversa la polarité de tous les anciens égrégores. La mémoire engendrée par la rébellion luciférienne devait se dissoudre afin de permettre à l’Humain tout comme le Phénix de renaître de ses cendres. Créer de nouvelles formes-pensées pour la transmutation de l’égo au travers de ses corps subtils. Par le passage du Christ dans le monde de la mort, son énergie avait éliminé dans l’astral toutes les vieilles mémoires barbares de l’Humanité satanéenne afin que l’égo luciférien renaisse par de nouveaux cycles de mémoires. L’Humain vivrait dorénavant dans son processus évolutif une individualité beaucoup plus marquante que dans le passé. Cette individualité séparerait en lui son coté animal et sa lucidité mentale.
Jésus et Lucifer ne sont qu’un et seul même être cosmique dont le mandat était de ressusciter l’Humain dans une nouvel Esprit de la divinité intemporelle. Pour que l’Humain évolue et comprenne sa source universelle, Lucifer le plus intelligent des Archanges a dû se sacrifie en descendant dans la matière. Afin que l’Humain puisse fusionner avec les plans supérieurs de conscience (supramental-bouddhique et divin) Jésus incarna l’Amour inconditionnel sur la Terre. Sa mort créa l’égrégore nécessaire de son sacrifice pour que l’égo luciférien se métamorphose dans une foi sécurisante. Certes cela créera des schismes, des sectes, des guerres, du fanatisme religieux mais l’égo devait ainsi se nourrir pour mieux se purifier. Par cette purification barbare ceci nettoya tous ces ingrédients satanéens d’une conscience révolue faisant place plutôt une étape révolutionnaire. Il est bon de savoir que pour l’élimination moléculaire d’archétypes le Mal devait se détruire par le Mal. Tout le monde se rappelle de cette équation d’algèbre qu’un moins négatif plus un moins négatif résultent un plus positif. Et qu’un moins négatif plus un plus positif résultent un moins négatif. Tout comme un remède qui guérit la plaie, la douleur émanera pour faire place à la guérison. Le combat ouvre les portes de la liberté dans un mouvement d’unité nommé Amour et dont la traduction vibratoire font scintiller les molécules d’une luminosité contagieuse.
Aujourd’hui l’Humain arrive au dernier carrefour de son évolution. Pour l’homme et la femme le moment est venu de se réunifier en esprit. Après Lucifer et la venue de Jésus, l’Humain se raccordera au Plan cosmique quand l’homme reconnaîtra la femme comme sa Reine et non comme sa servante. Sinon dans les prochains siècles, la femme deviendra une rebelle, une guerrière implacable pour combattre l’homme non défait de son passé luciférien. La bataille sera épique et finale. La femme vaincra par l’Esprit et l’homme se libérera l’âme de l’emprise luciférienne.

LA FORCE REBELLE DE L’AMOUR
Qui dit Amour dit forces d’attraction et pourtant l’Amour est une force intemporelle, indissociable, n’appartenant à rien que ce qu’elle pénètre de sa puissance vibratoire. Aimer au-delà de tout force l’égo luciférien à se mettre à nu tant chez l’homme que chez la femme. L’Amour initie l’égo luciférien à la vie pour qu’ils construise et à la fois aime ce qu’il construit. Mais l’Amour cette Force de la Lumière provoque, transforme et fait souffrir. Qui aime sur le plan humain s’attache par sentiments et se nourrit par l’égo de cette énergie instantanée qu’est l’Amour. L’Amour nous réfère à notre Source jaillissante et nous enrobe de son parfum d’intensité semant en nous l’unité intemporelle tant recherchée par les âmes. Autant par la découverte ou la perte de l’Amour l’âme évolue au fil des valeurs enregistrées par l’égo. De réincarnations en réincarnations l’Amour unit et sépare comme la Vie et la Mort. Cela peut-être le Destin, la fatalité, une trame karmique qui détermine par le silence de l’absence les règles du jeu d’une association ou de son fracas. Que dire de ceux ou celles qui s’aiment en secret, vivant durant leur vie entière un amour impossible. Ne dit-on pas que l’Amour est plus fort que tout ? Car l’Amour est cette force rebelle qui soude l’âme et l’Esprit dans une symbiose moléculaire que seul l’Humain en tant qu’être individué peut en intégrer tous les principes. L’Humain permet à l’Amour de se révéler comme l’Amour permet à l’Humain d’exister. Selon sa programmation karmique l’Humain vivra différentes valeurs de l’Amour par ses expériences et la maîtrise de celles-ci créant en lui les conditions particulières de la fusion avec son Esprit.
Ce qui émanera de ces valeurs élèvera l’égo ou le fera souffrir à cause du souffle de l’Esprit qui sous-tend le principe de l’Amour dans toute sa quintessence. Le doute par la mécanique des sentiments engendre dans l’égo le sentiment de haine ou de frustrations. A ce niveau l’Amour devient une force rebelle, inaccessible et parfois souvent rejeté tout comme Lucis fut rejeté symboliquement dans son mythe mystique. Cette rébellion de l’Amour créa la polarité entre les opposés neutralisant ainsi temporairement le pouvoir de la synergie harmonieuse par la complémentarité. Alors aimer amènera son lot de domination, de possession et de jalousie parce que l’Amour ne pourra se faire contrôler par cet aspect luciférien de la conscience de l’Humain. Autant que certains donneront leur vie pour l’Amour, d’autres l’enlèveront à ceux parce qu’ils sont incapables de vivre sans eux. La force rebelle de l’Amour réside dans sa pureté insaisissable. L’Amour ne s’appartient pas mais se conjugue selon ses variantes exprimées tissant des liens d’unité entre les humains. Ceux qui s’aiment dans l’Esprit ne peuvent de dissocier alors que ceux qui s’aiment dans l’âme ne pourront s’associer. Par sa pureté l’Amour ne peut se faire déjouer ou imposer, elle programme savamment les molécules psychiques de l’Esprit par un feeling de sublimité de l’être. Celui-ci s’aimant par le concours intime d’une énergie irradiante communiquera ce mode d’attraction harmonisant ainsi entre elles toutes formes différenciées de la Lumière diffuse. La force rebelle de l’Amour combattra les Ténèbres obscurs non vivifiés par lumière luciférienne pour les imprégner de cet état réceptif capable d’absorber l’état de sa puissance.
Qui dit rebelle dit révolution donc renouveau dans l’évolution en cours par un processus différent sans attaches dénué de toutes formes d’appropriation. L’essence pure de l’Amour se quantifie dans sa légitimité d’indépendance et son souffle intemporel de liberté. Par cet aspect inconditionnel, l’Amour se révèle alors une expression rebelle impossible d’assujettissement par le rayonnement pur de la Source originelle l’irradiant de sa Lumière.

Jésus et Lucifer, deux rebelles complices oeuvrant dans l’Alchimie de notre réalité temporelle. Dans les mondes psychiques ils auront été les acteurs d’une personnification équilibrée de forces ingouvernables assujetties par la domination intemporelle de la Lumière. Se redressant contre les Ténèbres chaotiques des Cieux ils auront apprivoisé la seule Force cosmique indomptable capable d’unir le Haut et le Bas par une seule et même réalité, celle de l’Amour. Ils auront préparé le terrain à l’homme et la femme pour qu’ils fusionnent leur conscience dans un seul et même Esprit que l’androgynie de l’Etreté.
Mais qu’est que ce serait si Lucifer et Jésus lors d’une conversation à bâtons rompus. Assis à un bar incognitos consommant quelques bières et se livrant à des confidences intimement occultes. Ceci est un texte déniché sur un site d’Internet d’un ami français qui expose une vision rigoureusement baroque du concept luciférien

"De tes loyales manigances dépendront mes ténébreux agissements.
Je suis le revers de ton écu et l’envers de ton miroir
depuis que le monde est monde.
Sans la Lumière, l’Ombre n’existerait pas…
elle ne serait qu’une informe nébuleuse…
un trou sans fond d’où rien n’émergerait…
C’est la Lumière qui confère à l’Ombre cette trouble fascination
à laquelle les humains ne peuvent s'empêcher de succomber...
Celui qui sait flirter avec l'Ombre sans se brûler
possède une âme qui appartient à la
LUMIERE.

Je suis les Deux."
Lucifer
Le Galiléen
"-Mais que connais-tu des vicissitudes humaines Toi...
qui ne te complais qu’à induire les mortels en Tentation ?"
Lucifer
-A chacun son fief ! Divin Frère !
Toi tu as choisi de te consacrer à l’Illumination des âmes et à leur Salut…
moi à l’exultation de ces mêmes âmes
au travers des émotions terrestres et des passions ...
Et c'est en Tentant les coeurs et les corps des humains
que j'y parviens.
Certes, je le confesse, tu n’as pas pris la meilleure part mais...
tu as toujours aimé la difficulté.
Ce qui prouve d’ailleurs ton Incommensurable Sagesse.
Hélas, je ne possède ni ton Infinie Patience
ni ton Abnégation Absolue pour la Souffrance.
J’Existe pour que l’Homme prenne conscience de son Humanité
dans
sa TENTATION
puis
dans sa CHUTE..
Il n’est pas un Dieu. C’est inscrit dans sa Chair.

Et la Chair est facilement corruptible
lorsqu’elle ne se trouve pas en harmonie avec
l’Âme…
Étincelle Eternelle dont nombre de mortels ignorent l’Existence.
Je le concède... l’Ignorance des Terriens en la matière me sert bien...
sinon j’aurai moins d’adeptes.
Cela m’ouvre une perspective infiniment large
et un champ d’action inestimable sans me fatiguer...
toi, par contre, il te faut beaucoup te dépenser
pour n’obtenir au bout du compte que très peu d’Élus...
Ce n’est pas faute pourtant de leur avoir prêché la Bonne Parole !
Leur en as-tu donné du :
" Le Royaume des Cieux est ouvert à ceux qui veulent y entrer ! "...
Le Royaume des Cieux !
Autant mettre un louis d’or dans le bec d’un canard !
S’il l’avale, qu’en ressort-il ?
Un louis d’or souillé de... POUAH !
Crois-moi Bien-Aimé Frère...
tu n’as pas pris la Bonne Clef pour ouvrir
la Porte Sacrée dissimulée dans l’Inconscient de ces Etres
profondément englués dans la Matière !
Ils sont trop jouissifs de nature pour trouver l’Extase dans l’Insondable.
Et oui... Très Cher Fils de la Lumière...
tu ne possèdes pas, comme moi, l’insidieuse malice
qui permet d’appréhender les motivations humaines.
C’est là le cœur du problème et ce qui nous différencie Toi et Moi...
cela ressort d’ailleurs très nettement dans ton pseudo Enseignement
consigné dans ces... Ineptes Saintes Écritures terrestres !
Tout ce prêchi-prêcha juste bon à conduire un troupeau de moutons !
Ce qu’ils sont pour la plupart !
Des moutons et encore les moutons sont herbivores
ce qui leur confère un tempérament doux
que ne possède pas cette race stupide !
Ils tuent tout ce qui bouge !
Tes beaux Préceptes...
"Aime ton prochain comme toi même.
Ne fais pas aux autres ce que tu ne veux pas que l’on te fasse.
Donne à celui qui n’a rien et le Royaume des Cieux
t’appartiendra !"
Quelle blague !
Réfléchis un peu... ils sont mauvais de nature...
ça aussi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lucifercosmique.forumactif.org
Sergio
Admin
avatar

Messages : 775
Date d'inscription : 05/10/2008

MessageSujet: CHAPITRE 6 SUITE 5   Sam 11 Oct - 21:30

LE MOUVEMENT MOLÉCULAIRE DE L’AMOUR

Lucifer et Jésus aimaient l’Humain, le premier pour sa liberté d’être et le second pour sa conscience d’être. Le cheminement évolutif de l’Humain s’équilibre entre ces deux pôles diamétralement opposés dans une psychologie expérimentale. Sans la transmutation dite rébellion de Lucifer, Jésus n’aurait jamais existé en tant que Sauveur du monde. Il n’aurait pu donc finaliser son effusion nécessaire à son statut de Fils de Dieu. Car à la Volonté devait succéder l’Amour inconditionnel qui permettait au Fluide Universel d’accélérer la vitesse du déplacement des êtres de Lumières. A contrario du plan matériel où les âmes évoluent par rapport au temps qui passe, les Etres de Lumière se métamorphosent instantanément dans la vitesse de leur déplacement qui accélère le temps. Plus ils se déplacent rapidement, plus leurs corps fluidiques absorbent les molécules atomiques structurant les plans de conscience. Dans son ouvrage volumineux ''Un traité du Feu cosmique'', Alice Bailey explique la structure des Logos du système solaire.



1er Logos : 2 pôles d’Esprit-Matière non séparés, non différenciés.
2e Logos : séparation en Esprit et Matière.
3e Logos : confère les 3 gunas attributs à la matière-racine
Tamas : stabilité
Rajas : activité
Sattva : Harmonie

1er Tammatra, pouvoir ou vibration, dû à une modification de sa conscience.
Cette énergie du Logos, mouvement tourbillonnant d’une inconcevable rapidité, creuse des trous dans l’espace de la matière-racine et ce tourbillon de vie enveloppé d’une pellicule de matière-racine et de l’atome primordial est appelé :
Aditattva. Par une combinaison de cette matière atomique, le 6 plans inférieurs du plan élevé sont formés des 2e,3e,4e,5e et 7e sous-plans.
7e plan Maha Paranirvanique

Anupadakatattva : matière atomique du 6e plan
6e plan Paranirvanique
Akashatattva: matière atomique du 5e plan
5e plan nirvanique
Vayutattva: matière atomique du 4e plan
4e plan bouddhique
Agnitattva: matière atomique du3e plan
3e plan Manasique
Apastattva: matière atomique du 2e plan
2e plan astral
Prithiviattva: atomes physiques
1e plan physique
Ce tableau d’Alice Bailey explique la structure des plans psychiques qui gouvernent l’énergie manifestée dans un cadre d’intentionnalité. Là où il existe de l’intentionnalité un vide cosmique doit se remplir. Ce vide en se remplissant crée la densification de l’énergie indifférenciée et doit trouver preneur afin que l’intentionnalité puisse s’exprimer. Qui dit intentionnalité dit mémorisation, donc d’une continuité existentielle du mouvement atomique des molécules que l’on nommera ésotériquement le plan Astral. En fait la rébellion luciférienne mettait ironiquement au grand jour toute la révélation tirée des ténèbres. Contrairement à Lumière divine, la Lumière luciférienne est astrale donc issue de connaissances et d’expériences. Elle fait explorer, découvrir menant à la différenciation des sphères d’énergies qui composent la réalité instantanée. Dans son expérience l’Humain doit s’ajuster en permanence entre les deux pôles magnétiques de l’être et du non être en tant qu’entité existentielle. Celle de traverser toutes les sphères de l’Esprit manifesté par le biais de son âme incarnée attirant entre elles les forces vibrantes de l’Amour. Le jeu luciférien est d’ajuster la vision planétaire de l’égo devant les feux de Lumière et s’éclairer ainsi se libérant de son passage dans les Ténèbres de sa Conscience satanéenne. Par l’Amour tout s’unit et s’amalgame dans le mouvement fluide de l’Esprit indifférencié qui s’identifie par la plénitude instantanée de la fusion matière densifiée avec l’Intemporel chaotique.
H.P.Blavatsky dans la Doctrine secrète écrit : Dans toutes les anciennes Cosmogonies, la Lumière vient des Ténèbres. En Egypte comme ailleurs les Ténèbres étaient le principe de toutes choses. Aussi Pymandre, la Pensée Divine jaillit comme Lumière du sein des Ténèbres, Béhémoth est le principe des Ténèbres, ou Satan, pour la théologie catholique Romaine. Et pourtant Job dit de lui que Béhémoth est le premier principe des voies de Dieu, Principium viarum Domini Behemoth Job, XI,19. En fait dans une interprétation allégorique, le bien existe si le mal existe aussi. L’aspect satanique est simplement le Deus inversus d’une énergie différenciée qui se manifeste ou pas. Dieu est satanique dans sa non-existence parce qu’il ne partage aucun pouvoir de l’Esprit avec sa Création universelle. Lucifer se révoltera contre le satanisme larvé des Dieux conspirateurs.
Plus encore dans cet autre extrait de la Doctrine secrète de H.P. Blavatsky
Dans la Genèse elle-même la rudesse du tableau et les Ténèbres qui couvraient la surface de l’Abîme constituent une allusion à cette période. On y montre les Elohims créant c'est-à-dire édifiant ou construisant les deux Cieux ou le double Ciel, (non pas le Ciel et la Terre) ; ce qui veut dire clairement qu’ils séparèrent le Ciel (Angélique) supérieur et manifesté ou plan inférieur et terrestre : Les Aeons (pour nous) Eternels et Immuables, des Périodes qui existent dans l’espace le temps et la durée : Le Ciel et la Terre, l’Inconnu du Connu pour le profane. Tel est le sens de la phrase du Pymandre où il est dit : La Pensée divine qui est la Lumière et la Vie produisit son Verbe ou premier aspect, l’autre Pensée agissante. Qui étant Dieu de l’Esprit et du Feu, construisit Sept Régents renfermant dans leur Cercle le Monde des Sens appelé : Destinée Fatale.
Dans le prochain chapitre il sera question du lien intéressant à établir entre la volupté charnelle et Lucifer. Sans l’effusion de Jésus qui était déjà prévu par les Plans, Lucifer n’aurait pu se rebeller contre les Dieux créateurs. L’alliance Jésus et Lucifer accomplissait la subtilité du paradoxe. Dans son ouvrage Mysterium conjunctionis C.G. Jung écrivait : Les facteurs qui se combinent dans la conjonction sont conçus comme des contraires qui, ou bien s’affrontent d’une manière hostile, ou bien s’attirent avec amour. Les figurations thériomorphes sont également fréquentes et constituent des sources variées d’illustrations. Je mentionnai l’aigle et le crapaud. L’aigle volant à travers l’air et le crapaud marchant sur la terre Dans un autre passage, C.G. Jung décrivit : L’opposition entre l’âme et l’Esprit provient de ce que cette dernière est composée d’une matière plus subtile. Elle penche donc vers le corps hylique, et elle est plus dense et plus grossière que l’Esprit. La subtilité du paradoxe révèle le lien.
Le symbole de la mort entourant la fin de l’égo luciférien pour l’Homme qui entre dans une nouvelle conscience est le même que Jésus qui meurt sur la croix, en criant: Père. Père pourquoi m’avez-vous abandonné? Ici Jésus exprimait cette séparation définitive entre son égo luciférien et son Esprit divin. Jésus avait été initié aux trois principes cosmiques de la Volonté, l’Amour et l’Intelligence. Contrairement à Lucifer dont l’égo très densifié bloquait tout contact avec l’Esprit, celui de Jésus épousait les formes d’une transparence absolue. Cependant un peu avant son trépas sur la Croix, Jésus murmurait : Mon Dieu, mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné? Cette phrase illustre bien l’ultime phase de d’anégoïsation du Nazaréen qui se sépare de son enveloppe charnelle. Quelques instants plus tard juste avant trois heures il s’écria d’une voix forte : C’en est fini, Père je remet mon esprit entre tes mains.
Après avoir ainsi parlé, il inclina la tête et abandonna la lutte pour la vie. Son esprit rejoignit sa source originelle dans son univers. Cet univers dans lequel la
vie est ce processus permanent en perpétuel mouvement. Cette dimension où Lucifer et Jésus ne sont qu’un seul et même Etre cosmique, tout comme la femme et l’homme doivent le devenir sur le plan de l’Esprit. Les deux sont des paradoxes nécessaires à la manifestation de l’Intelligence, dernier principe cosmique manifesté. Car comme tout ce qui est en haut est en bas, la cristallisation de l’âme se mesure à la capacité fluidique de l’Esprit descendant pour vibrer cette unicité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lucifercosmique.forumactif.org
Sergio
Admin
avatar

Messages : 775
Date d'inscription : 05/10/2008

MessageSujet: CHAPITRE 6 SUITE 4   Sam 11 Oct - 21:29

LA FEMME: MAISON DE L’AMOUR

Très présentes au Forum social mondial de Porto Alegre au Brésil et dans l’ensemble du mouvement altermondialiste, les néoféministes tentent d’articuler les revendications de ce genre et critiquent la globalisation libérale. Elles voient dans les logiques déclenchées par le libéralisme- darwinisme social, agressivité du marché, batailles de la concurrence, compétitivité-, un encouragement au retour des violences dans les rapports humains dont la guerre contre l’Irak. Les femmes savent que, quand la violence se réinstalle au cœur de la société, les premières victimes, dans tous les domaines, sont les femmes. Car l’homme a crée son monde patriarcal non pas à son image comme Sabaoth mais bien pour son image. Pourtant rien n’est intentionnel, seulement une réalité systémique composée d’unités indépendantes qui s’harmonisent ou se détruisent mais ne disparaissent jamais. La liberté du mouvement systémique sur le plan universel local est d’origine luciférienne. Rudolf Steiner dans ouvrage ''Lucifer et Ahriman'' écrivait :'' N’oubliez pas qu’à l’époque où ont été rédigées les Evangiles, les hommes étaient encore tout imprégnés de luciférisme dans leurs pensées, leurs sentiments et leurs manières d’agir. S’ils purent comprendre les Evangiles, c’est grâce à la Gnose luciférienne.''
Dans un autre passage de ce livre il écrivit :'' C’était bien plus de 2000 ans après l’incarnation de Lucifer qu’eut lieu le Mystère du Golgotha. Alors surgit dans l’évolution de l’humanité cet élément tout autre qu’était l’impulsion du Christ. Nous avons dit, bien souvent déjà, ce que cette impulsion du Christ signifia pour l’Humanité civilisée. Cette impulsion fut reçue par des âmes modelées par l’influx luciférien. Elle s’est, pour ainsi dire, allumée dans la lumière que Lucifer avait léguée aux hommes. Et pendant les premiers siècles chrétiens, c’est avec tout ce que les hommes avaient recueilli de luciférien qu’ils comprirent le Christ. Il faut l’admettre sans aucun préjugé, sinon, il est impossible de comprendre la nuance particulière avec laquelle l’impulsion du Christ fut adoptée alors.''
À partir des écrits de Steiner, le rôle essentiel de la renaissance divine dans l’Humain pousse l’égo à croire, suggérant en lui l’accès inévitable vers une conscience supérieure. Cela crée de la souffrance dans l’égo qui pâtira de son ignorance, manipulé simultanément par les forces descendantes dites christiques et ascendantes dites lucifériennes en lui qu'il ne contrôlent nullement. Prisonnier de cette condition expérimentale, il ne faisait pas la différence du passage en lui de l’énergie créatrice et celle véhiculée par ses croyances. Entre l’ultime passage du vieil égo à l’égo neuf, l’esprit de l’Humain devait maîtriser la permanence de sa transmutation. Nécessairement tout n’est que de passage dans des états de conscience toujours plus subtils. Alors l’esprit a contrario n’est toujours attiré que par la fluidité de l’égo selon la flexibilité de son devenir. Cependant un doute envahisseur sur son identité réelle laisse place à toutes les panoplies d’embrigadement sur sa vision des choses. Souffrant dans son ignorance, déstabilisé par ce doute périlleux, l’Humain devient donc seul face au néant et à lui-même. C’était là la résultante du plan luciférien, que l’Homme s’initie au travers de cette rupture cosmique et qu’il grandisse dans la solitude de son esprit. Qu’il se débarrasse de toutes notions envahissantes provenant de son état d’âme devenu le chef-lieu du Mensonge cosmique.
La solitude, tout comme la rébellion luciférienne qui le mettait en confrontation face aux Dieux créateurs, devenait l’unique porte d’entrée, le seuil à franchir pour redevenir l’être entier : l’Homme androgyne. Car la solitude est la maison de l’Esprit et non par le biais d’une croyance de l’âme dopée par des impressions temporaires. Tout commence par la solitude du rejet issue de la quête d’indépendance luciférienne face à une réalité ascète. Cela confirme le doute, l’insécurité permanente empêchant un raccordement harmonieux entre les forces systémiques et l’Humain.
Le Fluide Universel est composé d’une énergie pure, instantanée, sans intention qui est sans jamais être : un état psychique dominé par une conscience innommable et globale. Cependant dans le mouvement circulaire des atomes l’Énergie se construit en permanence afin que le monde non manifesté projette sa Lumière. En soi il existe deux façons pour l’énergie non différenciée de se développer dans des mondes manifestés. La première est la densification. L’énergie libérée de la Source originelle devient de plus en plus consciente mais son état psychique demeure nul. La connexion avec les circuits universels demeure impossible à cause de l’absence des principes cosmiques. Lucifer est l’épée qui crèvera les yeux d’un Dieu totalitaire basculant l’Humain dans les ténèbres de la dépendance spirituelle. Car l’Humain découvrira le Mensonge cosmique: la rébellion n’était pas cette déchéance annoncée, ce tribut pervers de l’ignorance à payer à Dieu. Etre rebelle n’est même pas condamnable sauf pour celui qui craint de partager son pouvoir. Quand Lucifer voulut être aussi intelligent que Dieu, celui-ci ne l’accepta point. Un partage du pouvoir équivaut à en perdre la transcendance et l’abattre devient légitime. Ainsi avec le concours su et connu des Dieux, Lucifer créa la résistance par l’évolution des égos. L’Humain devait croire pour être sauvé et devait aussi être pardonné d’avoir commis la faute originelle. Pour l’égo, l’illusion est totale car les religions l’enchaîneront sur le rocher de la soumission aveugle. L’Humain deviendra un nain cosmique, un citoyen de l’ombre devant s’agenouiller pour mieux contempler une Lumière devenue volontairement trop éclatante pour les yeux de son âme. L’Humain subissait la haine pire la vengeance pour avoir lui aussi désiré tenter de savoir qui il était. Les religions furent fondées et écrites par des hommes pour les hommes, car les Dieux initièrent les hommes au pouvoir.
Les prêtres devinrent les Guerriers légitimes des Dieux dont l’égo dominateur des hommes érigeront des religions organisés qui convertiront pour mieux soumettre. Les croisades, l’Inquisition, les multiples guerres de religions n’eurent comme but que d’empêcher tous les humains à récupérer leur statut divin. Jésus est celui qui le ressuscitera cosmiquement par l’Amour. Les deux avatars durent mourir pour mieux renaître dans des états éthérés. Pour Lucifer, passer de la Source non manifestée à un personnification égotique annonçait déjà la fin de son règne temporel. À ce moment-là, l’énergie luciférienne devait cesser d’exister soit spontanément d’une manière brutale, soit graduellement donc en douceur, d’où les différents cycles d’évolution dans la programmation de chaque être humain. Dans la solitude créée par la rébellion luciférienne, l’Humain devait se rapprocher, progresser vers une nouvelle synergie inconnue pour lui. Une nouvelle relation devait naître entre lui et les forces universelles mais aussi entre tous les humains incarnés.
Après la Volonté c’est-à-dire cette Source intarissable encore indomptée parce que non manifestée, l ’Amour, le deuxième principe cosmique s’appliqua dans toute sa fluidité. Autant Lucifer aura brisé les chaînes d’un esclavage intemporel de même le Nazaréen devait recoudre la rupture cosmique par une nouvelle conscience transparente. Jésus personnalisait ce nouvel égo imbu de respect et de limpidité. Il incarna la douceur mais aussi une puissance tranquille résonnant par un calme déroutant. L’égo accédait à une nouvelle dynamique capable de supporter l’esprit tout puissant. Par l’esprit de Jésus émanait donc la transparence, cette luminosité divine qui passait au travers lui comme un rayon laser. Son âme cristallisée scintillait et vous pénétrait direct dans le cœur, devenu ce lien magnétique entre les humains sensibles et récepteurs. Après la venue du guerrier rebelle qu’était Lucifer rôle tenu par l’homme, Jésus annonçait maintenant le guerrier pacifique, rôle tenu aujourd’hui par la femme. L’homme a construit la maison pour que l’âme incarnée dans la matière évolue et la femme érigera la maison de l’Amour fermant la boucle initiatique de la fusion âme-Esprit. Tout comme aujourd’hui entre l’homme et la femme, dernière étape décisive pour la fusion entre l’âme et l’Esprit. L’homme le constructeur conquérant de la matière et la femme rebelle se mutant en souveraine, déesse d’un nouvel univers systémique. Jésus était le seul homme capable de supporter l’Amour bouddhique dans son esprit et Lucifer supporta la densification de l’égo en lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lucifercosmique.forumactif.org
Sergio
Admin
avatar

Messages : 775
Date d'inscription : 05/10/2008

MessageSujet: CHAPITRE 6 SUITE 3   Sam 11 Oct - 21:27

LE FEU DE L’AMOUR

Car pour l’Humain ce qui le fait jouir intensément sera bien sûr la sublime tendresse de la fusion d’énergie qui se transmet au travers chaque molécule vibrante de l’êtreté dans le Nous Universel. Telle une séraphique bise qui nous flatte câlinement nos corps subtils, tout l’univers en nous explose et scintille le Feu d’une quintessence plénitude. Au-delà des vallées profondes ou des vertiges étourdissants des cimes montagneuses, l’Amour célèbre en Nous cette liesse intime de ces rendez-vous pénétrants entre les âmes divinisées. Oserions-nous même dire une délicieuse orgie, ce tremplin sautillant qui nous plonge dans des états de transe surréaliste et nous coupe nettement de toute réalité mémorisée ? Alors qui dit oser propose l'inconnu, cette nudité existentielle qui nous vide de notre trop plein de désirs coulant de ce torrent libérateur qu'est notre identité sacrée. A partir des plans psychiques la sexualité des molécules se manifeste sur une toute autre forme d’expression. Dépolarisée, elle se conjugue dans la subtilité, dans un mouvement perpétuel de fluidité. Elle s’auto-génère dans une relation purificatrice au niveau même d’un paroxysme innommable. La sexualité des molécules vibrantes en fusion ouvre les portes de l’infinité pour celui ou celle qui s’aime avant tout et sèmera ainsi par son bien-être intérieur l’immensité irradiante des particules d’Amour émanant de son Etre entier. Pour l’Humain sensible qui l’a ressentira, elle nettoie dans l’âme tout les dessous miteux de la prostitution psychologique dans laquelle jouissait l’égo fraudeur des sentiments réels. La jouissance psychique devient impersonnelle et asexuée dans une symbiose inconnue où tout se transforme telle la tornade virevoltante d’un chaos délirant qui unit toutes les molécules fusionnées entre elles. Sur le plan matériel la sexualité moléculaire qui se pratique entre les parents et les enfants, sœurs et frères, entre amis(es) amoureux ou amants, cette céleste nature impersonnelle nous imbibe d’un insoutenable feeling paradisiaque qui nous enivre de ces sommets les plus élevés dans l’infinité encore non explorée du plaisir de l’êtreté enchevêtrée. Pratiquer la sexualité moléculaire initie l’Humain à l’abandon et au retour de son état cosmique. Qui dit abandon ne dit pas soumission ou d’un laissez aller méthodique mais d’une vision élargie du Réel qui fait partie de Nous et dont nous faisons aussi partie.


Dans un plan plus concret de l’évolution des âmes entre l‘homme et la femme, le dialogue d’un couple se fera dans la nudité de l’égo sous les couvertes de l’Esprit. L’échange dans l’énergie devient dès lors transpersonnel dénué de pacotilles égotiques ou des parasites nauséabonds de l’orgueil pour s’unir dans une vaste plaine de jouissances par des paroles non sèches mais enrichissantes des succulentes saveurs de l’Esprit communicateur.
La sexualité moléculaire revête aussi une renaissance, maîtresse d’ambiance dirais-je dans ce brouhaha fureteur des parcelles d’âmes en fusion. Elle se conglutine parfois fiévreusement parfois meublée d’une noble transe pratiquée par des gens plus âgés. Ivresse de l’Esprit ou jaillissement euphorique d’une âme conquise, l’Humain peut embrasser de ses lèvres métaphysiques tout le néant pur d’une douceur révélée. Libre de mémoires, puisant dans l’instantanéité d’un devenir illuminé, une vibration intense unit l’homme et la femme se fixant dans un regard complice toujours frondeur. Même plissés sous le poids des âges leurs mains légèrement tremblantes un peu moites signent des nouveaux pas d’une escapade vénérable. Les cœurs battent la chamade peu banale d’un printemps revigoré et nourrissent des espoirs déterrés par ce nouveau filon d’un Amour brutalement disparu. Les pensées ne twistent pas sur le beat hip hop du viagra qui déchaînent encore des passions faussement survoltées mais valsent candidement dans les nuées réconfortantes de géniales fantaisies. Quand leur soleil brille et que leur lune soulève l’imaginaire soigneusement préservé, les Dieux bénissent l’union du rendez-vous sacré entre l’âme fusionnée et l’Esprit illuminé. La flamme de l’éternité brille alors dans leurs prunelles d’enfants et réchauffent ces cristaux trop longtemps privés de ce charme divin. Souverains patriarches d’un passé non trépassé mais depuis longtemps trop souvent refoulé, ces orphelins de l’Amour se goûtent avec une radieuse saveur dans ce temps qui passe sans jamais ralentir. Ils se trempent l’âme dans un tourbillon incessant qui reflète l’infini dans son miroitement des cœurs allumés.

L’Univers psychique est un monde froid sous son aura lunaire presque métallique souvent masqué de délirantes intentions mais trop souvent habité d’absences solennelles. Les égos se courtisent d’adresse mais se perdent trop naïvement dans des conjonctures livresques. Le chaud de l’Amour enchante le froid mental par des caresses inédites et sinueuses tirant d’un long sommeil l’âme maladroitement chloroformée. Sans vices malins dénués de désirs souterrains, l’Energie apaise et goûte la Lumière émanant de l’autre. Entre le jour et la nuit l’étreinte est soumise à l’éternité frissonnante du rendez-vous des inséparables tourtereaux. La complicité des âmes se tord d’une coquine intensité presque interdite et pourtant… Dans un jardin secret où les roses noires se taisent et les lilas vivent une romance éphémère, le Destin dessert souvent le menu d’une angoissante fatalité. Le silence envahit ces êtres d’un invisible bien-être, cet insoutenable plaisir juteusement sucé par une savoureuse quintessence virginale. Le mental réchauffé s’éveille bouleversé par sa transe pittoresque et succombe grisé par ce moule enchanteur. Des ébats d’une délicate douceur pâment ces divins androgynes d’un état inassouvissable attisés par une victorieuse liberté d’indépendance.

Quoi de plus orgasmique qu’une liberté assouvie, cette victorieuse ballerine dansant l’hymne à l’Amour des enfants fusionnés de la Lumière. Sans jeux frénétiques, sans obsessions vulgaires d’ignares violeurs d’âmes calcinées par des monstres jurassiques du Parc astral. Pas de maudite jalousie, cancer intraitable des âmes bouillies de haine et de vengeance. Seuls dans les déserts de l’ignorance l’oasis est le mirage d’un Amour ensorceleur et vicieux. Devant le soleil levant l’orchidée majestueuse séduit la Lumière naissante et l’aspire dans son sein douillet pour la parfumer de son odeur palpitante. Comme l’œil d’un cyclone la sexualité des molécules se nourrit de par elle-même, virevoltante et déchaînée, éliminant sur son passage toutes frontières enracinées. Rebelle, intraitable la Vénus doucereuse est l’amante rugissante du Grand Œuvre de la transmutation des corps perlés de sueurs tantriques. Elle n’obéit pas aux lois frigides du corps ni de ses malices engendrées. Elle respire l’immensité d’un vide nécromant accrocheur d’étoiles féeriques dont les rayons chaleureux nous enflamment de ce festin capiteux inspiré de Bacchus. La sexualité des molécules, ce trou noir d’Amour furtif et enchanteur unit les Esprits par ces les lumineux Messagers d’une initiatique concupiscence.

Entre Lucifer et le Christ les Anges se nouent d’une divine sexualité qui vibre la nébuleuse beauté de Univers tordu. Mais ô combien illuminé d'Amour despotique sous une dictature jouissive devenant pour l’âme initiée un paroxysme inassouvissable qu'est la liberté dans l’Esprit.Car toi Lune noire dans ta blancheur cadavérique tu dépeins la solitude des incompris, des haineux ces aînés déchus tumultueux et fécondeurs de la sève onctueuse qu'est le passionné plaisir du dilemme paradoxal. Orgie, fournaise ou pire, foutaise des Ombres indécentes ou dansantes, euphorie galactique fiévreusement érotique, qu'en sais-je si les Anges rêvent de fantasmes vicieux ou souffrent des envies compulsives d'orgasmes d'éternité libidineuse ? Femmes unissez-vous aux Anges, soyez ces lumineuses Maîtresses semeuses d'Amour dans un silence des abîmes mais flottant délicatement sur une douce luxure par l'étreinte des Ténèbres rebelles et des z'élus du gratin des Cieux. Un baiser enflammé, une dose inouïe de vitamines magnétisées qui nous basculent dans un précipice aphrodisiaque de nos désirs juteusement maniaques. Que faire sinon laisser le fer se transmuter en milliards de molécules foisonnantes, explosant en nous la folle passion d'un tourment endiablé christiquement audacieux. Respirer l'Amour, une saveur océanique nous tressaillant, nous mettant à nus soudainement si fragiles devant le miroir de notre corps mis aux enchères réincarnées et malencontreusement foutus par les années parasites de la vieillesse. L'Amour dans la beauté de l'âme, ce Cristal Gardien protecteur de notre coeur, fougueux atome battant la chamade quand on sait aimer la vie et ces êtres qui la composent sinon c'est la décomposition fatale nous emprisonnant de ces verrous à perpétuité. Les Anges eux font l’Amour en douceur, sans clameurs que celles de la tendresse de leurs caresses ailées qui nous fondent d’une braise survoltée, une valse insoutenable dite de délectation, coulant ce délicieux miel de la pureté entre leurs prunelles d’êtres, que sont ces divins artisans de l’infinité renouvelée sans cesse et pour toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lucifercosmique.forumactif.org
Sergio
Admin
avatar

Messages : 775
Date d'inscription : 05/10/2008

MessageSujet: CHAPITRE 6 SUITE 2   Sam 11 Oct - 21:14

Ces êtres de d’autres dimensions sans émotions obéissent à des pulsions systémiques qui au contraire de l’âme humaine ne sont pas assujettis à des états émotionnels ou mentaux individués. Pour éviter d’être la marionnette de jeux des forces étrangères l’Humain devra inévitablement connecter son âme luciférienne à son Esprit christique. Cela pour neutraliser dans son Esprit toutes les illusions du Mensonge cosmique qui envahissent l’égo et le maintiennent prisonnier des ombres de sa propre ignorance. Par ce processus psychique, cette communication intérieure, l’Humain devra par son âme se questionner si son action est intelligente? L’Esprit lui répondra de plus en plus instantanément court-circuitant les interférences régressives des énergies retardataires. Jésus et Lucifer deux Maîtres opposés mais rassembleurs ont forgé la Conscience humaine à partir de ses éléments les plus sombres jusqu'à la libération du joug d’une Lumière trop éblouissante. Entre Lucifer et Jésus la Lumière cristallisée devint pour l’Humain conscient ce témoignage incontestable du mouvement circulaire de l’Esprit irradiant dans son âme la transmission du Message de la Source intemporelle.
Pour stimuler la Volonté cosmique, Lucifer devait identifier une forme engendrée Afin que les molécules divines se focalisent dans un mode de perception vibratoire et qu’elles se reconnaissent entièrement dans un mode d’Intentionnalité perpétuelle. Cela devenait une lutte permanente entre le Chaos de la Lumière ce véritable rouleau compresseur qui désintégrait toutes formes de vie existentielle et une Conscience issue de l’Ombre capable de supporter le choc de la fusion âme-Esprit.
Sur le plan matériel l’Humain débutait une compréhension de la réalité en apprivoisant les forces systémiques devenues actives mais non intégrées dans son Esprit matérialisé. Maintenant l’Humain manipulé par l’énergie luciférienne devenait le dompteur de ces forces systémiques. Par contre il rencontra sur son chemin la souffrance, la solitude, le doute et la mort. L’énergie luciférienne condamnait l’âme à s’épaissir dans son périsprit suffisamment pour lui permettre une renaissance divine. Quand je mentionne la condamnation de l’âme à s’épaissir, cela implique le long cheminement pour l’Humain de se libérer de la manipulation issue de sa programmation égotique. Car pour l’Humain le problème n’est pas la manipulation mais bien son effet de tenaille sur l’égo borné dans son ignorance. Jésus était un être psychiquement transmuté tandis que Lucifer devenait un être manipulé. Le premier intégré et non évoluant tandis que le second non intégré de cette énergie intemporelle massive devait évoluer pour l’identifier et se reconnaître en elle.
Etre descendant, l’égo de Jésus supporta le choc vibratoire avec son Esprit devenu co-locataire. Lucifer en bon guerrier lumineux rejeta toutes formes étrangères indépendantes de sa propre force à cause de l’absence du principe cosmique de l’Amour en lui. Il possédait la Volonté et il s'en servit pour diriger sa rébellion contre les Dieux conspirateurs. Il possédait aussi l’Intelligence qui lui permit de créer pour l’Humain un monde illusoire presque réel. Un monde de croyances populaires autant mythiques que spirituelles. On dit que tous les chemins mènent à Rome alors toutes les religions sont menées par Lucifer. En fait au niveau des consciences satanéennes l’Humain avait ce besoin du réconfort d’une puissance bienfaitrice dans l’invisible à mesure que son égo se développait graduellement. Après la transmutation moléculaire de l’Archange tout s’est instantanément inversé dans des mécanismes de causes à effet soutenant ainsi des réactions en chaîne. L’Humain devenait ainsi magnétisé par une mécanique inéluctable, celle de croire aveuglément pour d’être sauvé. La manipulation se transformait littéralement en tentation, pire en obsession chronique de se soumettre à cette puissance contrôleuse de l’intemporel mystérieux. En fait, ici le concept de la tentation ne provient pas de faire le Mal mais bien de croire aveuglément dans un anonymat absolu reflet d’une divinité abstraite pour être sauvé après notre trépas. Quand l’Archange Lucis s’est extirpé de la Lumière, toute son intégration moléculaire fut dissoute et ainsi cela devint la Chute dans les abysses souterrains de la matière inanimée.
L’Humain demeure fondamentalement prisonnier rongé par la tentation soit d’évoluer ou de vivre dans un état décadent. La polarité de l’âme en évolution crée les besoins de l’aventure et du dégourdissement des valeurs trop fortement ancrées et qui assèchent l’égo de sa légendaire délinquance. Le plaisir, le désir, la satisfaction, l’honneur conditionnent cette protection contre l’illusion fossoyeuse de liberté ou carrément de sournoise fatalité. Les deux extrêmes se rejoignent parce que Lucifer est un être rejeté voulant crever l’abcès de sa peine prononcée. S’ayant dressé contre le Chaos lumineux, Lucifer a dès lors créé un commencement dans la matière et devra également accepter inévitablement une fin. L’erreur fatale était d’ores et déjà prévue par les hautes sphères divines. Lucifer sortait d’une dimension dans laquelle seul l’Esprit instantané coulait dans le Fluide Universel. Son incarnation sur le plan matériel créait l’égo prisonnier des limites même de sa projection. Car Lucifer avait franchi le seuil du non retour, tout comme Jésus de Nazareth en mourant sur la croix pou sauver l’Humanité. Le rejet était indissociable dans ces univers absolus où les différentes fréquences vibratoires correspondaient à ce que nous puissions retrouver ici entre les biens nantis et les exclus de la société. Pas de hasard où les êtres dominants ont toujours dominés et ont asservis les êtres dominés comme des esclaves. Tout comme un sorcier pratiquant la magie noire, Jéhovah un Dieu créateur aussi nommé Abraxas était tel un Soleil, sous un aspect, et sous un autre la Lune ou Génie Lunaire, une Divinité Génératrice que les Gnostiques saluaient ainsi : ''Toi qui préside aux mystères du Père et du Fils qui brillent pendant la nuit occupant le second rang premier Seigneur de la mort.'' Ce n’est qu’en sa qualité de Génie de la Lune, celle-ci étant représentée dans l’antique cosmogonie comme la mère de notre Terre, que Jéhovah peut être représenté comme le Créateur de notre globe et de son Ciel, c’est-à-dire du Firmament. Jéhovah créait le monde à son image tout comme Sabaoth, tyran d’une science infuse, refusait l’Humain dans une nouvelle dimension. Mais où est le Mensonge que cette conspiration des Divins intraitables préféraient s’isoler dans leur cercle fermé coupant tout rapport avec nous les Humains. Manipulation, désordre, domination, l’âme devait s’abaisser pour permettre à l’Esprit de mieux s’élever. La ligne rouge devenant la perte de contrôle de l’identité de l’Esprit dans la matière, ces supposés Dieux jouaient-ils un rôle dans ce grand Jeu de la Vie et de la Mort ou tout se grave indépendamment des circonstances déferlantes? Le combat tiré du Chaos que transforme sans cesse la Lumière (par le véhicule de l’âme) en des séquences toujours paradoxales saura-t-il un jour s’arrêter par l’unité totale entre l’Origine et sa semence cosmique?
Seulement des forces individuantes peuvent contrôler le Destin insoluble d’un Dieu qui n’existe point que dans les concepts les plus « nourris », sarcastiquement j’ajouterais même les plus « pourris ». Après le passage de Lucifer et du Christ, l’homme et la femme devinrent à leur tour « les Pionniers de l’impossible » pour combattre ensemble ces forces dominantes qui empêchent l’Humain de devenir entièrement les êtres de Lumière et œuvrer au sein de tous les Univers psychiques des Univers absolus.

LA FEMME ENTRE LE CHRIST ET LUCIFER
SEXUALITÉ DES MOLÉCULES

Le dimanche 15 août 2004 lors de son voyage à Lourdes le Pape Jean Paul II a dit : « Jean Paul II a dit aux femmes que leur mission, c'est d"être dans la société actuelle témoin des valeurs essentielles qui ne peuvent se percevoir qu'avec les yeux du coeur". "A vous, les femmes, il revient d'être sentinelles de l'invisible! ».
Jean-Paul II héritier luciférien par sa retransmission de l’Enseignement humain et grand disciple marial révélait dans son message le rôle majeur de la femme dans la dernière phase d’accomplissement d’une nouvelle conscience androgyne sur la Terre. La Volonté intemporelle du Père aura été canalisée par la descente luciférienne d’essence féminine dans la matière et de sa colonisation sur les forces satanéennes d’essence masculine sur la Terre. La Volonté ainsi matérialisée réveillait, stimulait et unissait les forces de la Lumière avec les forces des Ténèbres dans la condensation d’un nouvel équilibre créateur au travers les Univers psychiques. Après que l’Origine fut tiré de son lit divin une Volonté unique dirigerait les destinées de l’Ame divine incarnée. L’élément mâle par la guerre, la domination et la peur régnerait entre le Ciel et la Terre. Les voiles de L’Ombre pourchassée par le Porteur de Lumière se déchiraient brutalement et conduisaient les hommes dans des états encore inexplorés de sa Conscience divine matérialisée. Que ce soit l’homme des cavernes jusqu’à l’homme moderne actuel, des forces dominantes magnétisaient son mental fragile pour développer dans son âme expérimentale ce Cristal illuminé. Le Cristal dans son âme luciférienne devenait cette précieuse pierre philosophale du Grand Œuvre. La femme grande prêtresse de l’Amour par le Fils unira l’égo luciférien à l’Esprit incarné guidant l’homme au travers les étapes initiatiques de son incarnation. Par le Père dans les Cieux émane la Source intemporelle, l’Origine du Feu de la Vie et par le Père dans le Ciel, l’âme humaine s’illuminera de ce Feu créateur de l’Intelligence. Par le Fils, le principe de l’Amour Christique descendra dans l’âme luciférienne illuminée et s’uniront par la Conscience androgyne de l’Esprit réunifié entre l’homme et la femme.
Cette sexualité moléculaire vibrera dans une fusion attractive qui soudera l’Energie de l’Esprit dans tous les rayonnements de ses faisceaux lumineux. La Lumière se moulera dans l’Ombre et pénétrera sa profondeur d’une chaleur si intense qu’elles se fondront dans un orgasme procréateur d’une nouvelle réalité encore inconnue de l’Humain sur le plan de sa Conscience expérimentale. Ces mouvements de va-et-vient aspirant toute l’Énergie de la Source dans la Lumière manifestée deviendront une sexualité tant mystique que mystérieuse entre les forces lucifériennes ascendantes et celles de l’Amour Christique descendantes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lucifercosmique.forumactif.org
Sergio
Admin
avatar

Messages : 775
Date d'inscription : 05/10/2008

MessageSujet: CHAPITRE 6 SUITE 1   Sam 11 Oct - 21:12

Dans ses conférences Steiner diffusait que ce qui émana de l’impulsion culturelle asiatique, l’influence luciférienne, continua à agir jusque dans l’époque grecque. A ce stade, cette sagesse luciférienne fut éminemment profitable à l’Humanité. A peine sortis de leurs cavernes et avoir découvert le feu pour se réchauffer contre le froid et se nourrir à cause de sa faim, l’Humain devait apprivoiser le feu de son Esprit. L’apport luciférien apporta selon les peuples et les races une culture brillante à travers toute l’Asie, puis dans les civilisations de l’Egypte et de Babylone,et enfin dans l’hellénisme. Dans ces cultures la pensées des humains, leur poésie, leur art, leur intentions volontaires (l’Intentionnalité luciférienne) tout fut conditionné, d’une certaine manière, par l’intervention de Lucifer. Steiner avertissait qu’il serait très grossier de dire : c’était une incarnation de Lucifer, et nous devons la fuir. Il faudrait fuir alors tout ce qui est apparu de beau et de grand grâce au courant luciférien, et notamment la beauté de l’art hellénique. Il faut savoir que la pensée gnostique, qui existait déjà quand le mystère du Golgotha eut lieu, était une philosophie pénétrante, qui éclairait les choses de l’univers en profondeur. L’univers sombre, chaotique sans réel commencement ni fin que la Lumière luciférienne avait pénétré et mis à jour le visage d’une dictature intemporelle ignorant sa propre perfection moléculaire. « La Lumière que Lucifer avait donné à l’Humain pendant des millénaires de transmutation lui avait permis de comprendre le Christ »t. Certes il faut l’admettre sans aucun préjugés martelait Rudolf Steiner, sinon comment comprendre la nuance particulière avec laquelle l’impulsion christique fut adoptée alors.
Jésus et Lucifer deux rebelles unis par le même Esprit, celui de la descente éclairée de la Lumière dans l’être expérimental qu’est l’Humain. Sur les plans invisibles, le rôle de Lucifer structurait toute cette mécanique de la densification dans l’énergie exprimée. Automatiquement en contrepartie de l’Amour inconditionnel que Jésus enseignerait, le Mal devait apparaître, se confronter, se convertir et s’initier. Sur le plan de l’énergie indifférenciée Lucifer et Jésus sont donc du même Esprit dans le sens du mandat cosmique vis-à-vis le devenir cosmique de l’Humain. Lucifer avant sa transmutation ne vivait aucun déterminisme, dans la religion cathare il est d’ailleurs mentionné : « Lucifer ne savait à qui transmettre sa lumière, il n'y avait pas d'ombre pour l'apprécier. »
Sa Conscience non réalisée l’empêchait d’ériger sa propre stature énergétique au travers des trois principes cosmiques que sont la Volonté du Père, l’Amour du Fils et l’Intelligence de l’Esprit. Le rôle primordial du règne luciférien a été de créer sur le plan matériel un état de conscience afin de fusionner l’âme libérée des contraintes de l’intemporel et paradoxalement la refusionner avec ce même éther pour créer une Conscience unifiée sur tout ses plans d’expression. Lorsqu’on dit rebelle on pense paradoxe, et dans ses rapprochements contraires l’Energie se transmutent dans une essence fugitive donc cherchant cette liberté fluidique de l’indépendance. Pour Lucifer il s’agissait de s’auto-définir dans sa Lumière face à l’immensité qui neutralisait la puissance émanant de son être. Contrairement à Lucis, Jésus subissait en tant qu’égo la mégalomanie intraitable des plans de conscience supérieure. Il dira; « Je suis le fils de l’Homme, je suis le Fils de Dieu et enfin je Suis » donc l’égo soudé à sa propre infinité. Au même titre que Lucis son passage sur la Terre était de se reconnaître en tant qu’être au travers cette infinité mais « le premier en être ascendant et le deuxième en être descendant »t. Ici le paradoxe se rejoint entre l’ascendance et la descente d’une énergie indifférenciée cataloguant à la fois puissance et soumission. L’être descendant qu’était Lucis ce Porteur de Lumière devait se soustraire de ses mémoires expérimentales pour recouvrir la riche plénitude de son psychisme cosmique. Par la conscience astrale et mentale, l’égo luciférien pratiquerait l’équilibre entre les contraires du Vrai et du faux ou des influences polarisées du Bien et du Mal. La conscience astrale le nourrissait de la Connaissance et du plaisir fou d’en enregistrer et d’en transmettre les informations procurant en lui la très nette impression qu’il existait bel et bien dans son monde. D’où la conscience traditionnelle de l’égo de s’exprimer pour ne pas mourir à nouveau dans l’océan béant de l’intemporel donc du Un Néant qui se consume à perpétuité et renaissant sans cesse de ses poussières d’étoiles. Le corps mental permettrait à l’égo de se distancer des manigances astrales nuisant à la purification au cristal de son âme. La conscience mentale se distançait des incertitudes astrales de l’égo en instruisant celui-ci de prendre le contrôle de sa vie et non de se faire contrôler par les forces opposées.
De son côté Jésus en être descendant supportait déjà dans son corps mental la Conscience christique qui lui ouvrait les portes d’une réalité déjà su et connu dans son Esprit incarné. Jésus vivait la plénitude de son corps astral, comme une personne qui a trinqué au vin mais qui sait au-delà de l’influence des vignes de Bacchus comment ne pas perdre l’intégrité au détriment de son égo grisé. Dans le cas luciférien la Lumière ne possède pas cette virginité de l’Esprit intégré alors que pour Jésus son âme purifiée lui faisait accepter la réalité telle qu’elle se dessinait pour lui. En tant qu’être descendant Jésus appliquait son savoir Christique et maintenait le difficile contrôle de son Esprit sur son égo.. Pour Lucifer sa Lumière devenait étrangère à son Esprit et son égo tel un cheval sauvage courait dans les plaines avant de se faire capturer et se faire apprivoiser par un dompteur qui l’entraînerait à être discipliné.
L’ÂME LUCIFÉRIENNE ET L’ESPRIT CHRISTIQUE
JEUX D’OMBRES ET DE LUMIIÈRES

Si on dit que tout se joue dans la lucidité et le discernement, l’évolution devient un jeu dominateur entre les forces involutives et évolutives de notre dimensionnalité matérielle, alors ces paroles de la chanson mythique des Rolling Stones gardent concrètement toutes leurs sens : Mais ce qui vous intrigue c'est de comprendre en quoi consiste mon jeu.
Mais qui tirent vraiment les ficelles des marionnettes ou nous fait croire qu’il existe de telles ficelles et ses manipulateurs? Si tout est en mouvement par une transformation perpétuelle, aucune autorité ne peut maintenir son pouvoir en permanence sauf des êtres dont l’énergie est stabilisée par des forces vitales et mentales très intégrées demeurent très condensées dans le temps et l’espace. Qui dit intégré ne signifie pas évolué mais bien ajusté dans cette Conscience instantanée qu’est l’énergie transmise de la Source originelle du Néant Un. Par l’âme luciférienne l’égo devait évoluer pour se structurer dans la matière et permettre à l’Esprit immatériel l’intégration de son fluide. L’Esprit Christique par le principe de l’Amour ajustera dans chaque Cristal pur des âmes incarnées le taux vibratoire des molécules évolutives. Sans l’égo luciférien le cristal pur de l’âme ne pourrait communier avec son infinité parce non révélée. Les jeux d’Ombres et de Lumières naissant de l’inconnu tourbillonnent s’attirent et se rejettent pour toujours mieux se différencier dans leurs complémentarités La Lumière de l’Esprit Christique sans l’égo luciférien scintille et demeure chaotique parce que non réfléchie. Aimer sans savoir équivaut à jouir sans plénitude. De Siun Tseu l’Empereur jaune de Chine disait : Le cœur et un étang; Quand rien ne l’agite; le vase reste au fond. Lucifer devait symboliquement casser la baraque des Dieux nantis de leur perfection pour éclairer sa Création et la libérer du joug divin.
Car à partir de l’intemporel l’Energie ne peut être à la fois le Créateur et sa Création. Sinon la Création disparaîtrait soudainement par le manque d’un Feu accélérateur tiré de cette force originelle instantanée qui ne peut exister que dans sa dimension d’état perpétuel de Cré-action. La Lumière ne peut-être diffuse que dans l’Ombre condensée de matière permettant à l’existence de se refléter dans son miroir spatio-temporel et se projeter par l’expression des différents plans vibratoires. Au travers ces différents plans de conscience existent des énergies personnifiées capables de s’auto-définir dans le mouvement créateur de leur Esprit. Leur mental est très rigide contrairement au mental humain capable de fluidité psychique à cause des mécanismes de l’âme qui par le processus de purification du cristal a développé les agents porteurs d’intensité d’une vibration appelée l’émotion. L’émotion est cet onctueux dosage qui parfume l’Amour de sa divine quintessence ou qui massacre l’âme par ses bassesses immondes. L’âme serait sans émotions à ce que serait l’Esprit sans Intelligence. Autant les deux sont les paramètres nécessaires à une direction orientée de la Lumière que le sens même de sa clarté détecte dans l’obscurité les repères d’organisation pour l’équilibre du mouvement créateur des Univers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lucifercosmique.forumactif.org
Sergio
Admin
avatar

Messages : 775
Date d'inscription : 05/10/2008

MessageSujet: Chapitre 6: Jésus et Lucifer leurs rôles cosmiques   Sam 11 Oct - 21:11

CHAPITRE  6

JÉSUS ET LUCIFER : LEURS RÔLES COSMIQUES

LES DEUX REBELLES

Lorsque je parle des forces lucifériennes ou ahrimaniennes je tiens à préciser que je ne me réfère pas à des valeurs spirituelles qu’elles proviennent du christianisme ou de d’autres traditions à saveur ésotérique. Certes je cite des références de différentes philosophies ou de traditions mystiques afin de découvrir et d’analyser le mythe luciférien sous tous ses angles. Dans une notion tout à fait globale le terme luciférien veut dire qui apporte la Lumière sur la Terre en passant par les sphères. Le terme Lumière lui veut dire Lumière en passant pas les sphères. Je l’ai mentionné précédemment dans le chapitre 3 : Après l’avènement luciférien qui amena la Lumière astrale, le Christ l’inversa pour l’adapter au principe de l’Amour et la Conscience androgyne et l’a pulvérisera pour permettre la fusion âme-Esprit de l’homme et de la femme. Aucun secrets ou mystères entretenus par l’énergie astrale ne résisteront et désormais ce sera un lieu de ressourcement psychique et non plus un plan de domination spirituelle déferlant sur la pensée humaine. La Lumière qui descend sur la constitution humaine peut se nommer Alpha et Oméga, l’énergie éthérique mais contourne toujours le plan astral. Les deux forces soit de lumière ou luciférienne même si différentes qui ont pour but d’apprivoiser la Conscience de l’Humain. Les deux sont nécessaires de par leur essence primordiale d’apporter la Lumière à l’Humain. L’égo doit survivre car sans égo l’Humain serait brûlé instantanément par la Lumière et son rayonnement s’éteindrait sur son devenir évolutionnaire se désintègrerait. Seule la force de l’Amour unifiera les Principes absolus des Forces rayonnantes. Sans Amour l’univers sera toujours chaotique, sans gouvernail et le plan matériel ne pourrait exister dans la forme moléculaire qui le différencie de l’Illusion intemporelle. Tout comme Jésus, Lucifer est l’être éthérique le plus proche de l’Humain et permet à celui-ci de s’aimer lui-même pour lui-même et en lui-même. Par l’Amour christique l’Humain est libéré de sa bestialité satanéenne et par la Lumière luciférienne il en contemplera la Beauté de son Esprit. Cependant pour cela l’Humain doit s’autoriser, s’authentifier et se transmuter au travers même de son identité luciférienne et plus tard ahrimanienne. Par la fusion de ses corps subtils, la reconnaissance mutuelle de ses différences réincarnationnelles que sont l’homme et la femme. Au travers l’Amour christique, l’Humain se fera l’Amour, s’irradiera et s’illuminera dans cette fusion avec son Esprit. Les deux Rebelles séparés l’ont été pour mieux s’unir élevant la conscience animale des forces satanéennes et différenciant les Forces intemporelles de la Lumière. L’Humain est un être de Conscience mutldimensionnelle qui dans son instantanéité évolue et se régénère sur ces différents paliers de conscience. Par l’Amour les Forces d’involution et d’évolution se nouent et s’enchevêtrent dans un processus créateur qui déterminent la Réalité de l’existence telle que perçue par l’Humain individualisé.
Dans sa conférence à Zurich du 27 octobre 1919, Rudolf Steiner disait que l’Orient et spécialement l’Asie avaient probablement été les territoires des premières civilisations. Il précisait aussi que plus on recule dans le passé, plus on rencontre des constitutions psychiques humaines qui diffèrent de la nôtre. Rudolf Steiner en déduisait alors qu’il fallait admettre qu’une très ancienne sagesse fut à la base de cette évolution, Certaines traditions furent gardées furent dans des cercles secrets très restreints, jusqu’au 9ième siècle environ, et ces traditions souvent déformées, ont même été conservées jusqu’à nos jours; elles proviennent d’une sagesse originelle et immémoriale. Pour lui lorsqu’on prend connaissance d’une ou l’autre de ces traditions, on s’étonne de la profondeur des réalités qu’elles révèlent. Mais Steiner insista qu’à cette doctrine de sagesse antique, largement répandue, s’opposa la conception toute différente de l’ancien peuple hébraïque juif, si bien qu’on peut appeler « païenne » la doctrine de sagesse originelle et « juive » celle des peuples hébreux. C’est cet élément juif qui donna naissance au christianisme. Tout comme le refus luciférien de demeurer passif dans les mondes intemporels de la Lumière il fut nécessaire, pour l’évolution humaine, d’opposer à l’antique élément païen l’élément juif dont est sorti du moins partiellement, le christianisme. Rébellion ou transmutation? Tout dans les univers psychiques se transforment perpétuellement soit par les chocs brutaux d’une expansion de la Lumière scrutant l’Ombre ou par une fluidité ides atomes qui fusionnent ces deux états différents d’une réalité sans cesse inachevée. Lucifer est ce principe explorateur qui a stimulé la perfection divine la faisant déchaîner du Chaos pour que Jésus ce Fils unique fusionne par le Principe de l’Amour les molécules tourbillonnantes. Pourrait-on oser dire que Lucifer a tant stimulé la divinité Mère et que cela a provoqué le premier orgasme cosmique? L’Amour cette force inépuisable, toute puissante dévorant l’univers de sa bouche béante, conglutine tous les atomes de la Vie par l’Unité des formes manifestées. Sans l’Amour rien ne saurait se révéler ni se régénérer dans la Manifestation car les états centripètes et centrifuges de l’Energie se ressourcent par cet Essence pure de ce Cristal rayonnant. L’Amour est le Soleil de l’Esprit tout comme la Source est la maîtresse de la matière, rien n’appartient à rien mais le Tout est dans le Tout unique et indissociable.
Les forces divines désormais manifestées en ces molécules tourbillonnantes se fusionnent instantanément dans un état vibratoire dont le mouvement est un souffle d’intensité lumineux attisant l’Esprit fécondateur de la Vie. Lucis le Porteur de Lumière pénétra et alluma la Matrice virginale des Univers de la Perfection mais il ne pouvait se transmuter lui-même en Etre de Lumière corporifié et instruire l’Humain du principe de l’Amour inconditionnel. Lucifer devait faire dépasser à l’Humain le statut de conscience satanéenne dite collective à une conscience individualisée par l’entremise de l’égo. La conscience satanéenne étant l’état animal de l’Humain par une vision strictement archétypale et sans créativité de l’Esprit. L’être satanéen vit l’Amour dans sa forme la plus machinale sans élégance et sans métamorphoses de ce Feu nourri qu’est ce mouvement de reflux intarissable.
Lucifer devenait donc une conscience ascendante sans les propriétés psychiques qui permettaient d’incarner dans son cœur l’énergie pure de l’Amour christique. Ainsi se différencièrent les deux êtres cosmiques dans leur état divinement lumineux et que Lucifer ne pouvant supporter le poids d’un Amour intemporel fut symboliquement jugé comme un Archange déchu. Ce jugement sévère le privant ainsi de sa Lumière irradiante le bascula dans l’état comateux de la conscience satanéenne. Sans plus aucunes références de ce Soleil illuminé par l’Esprit que vibrait l’Amour intemporel, il devint alors une créature rejeté et diabolique. Pourtant l’Amour de la Source émanait de la Perfection et fusionnait tous les plans psychiques par son attraction lumineuse Lucis avait découvert la Force et ses variantes par son action d’Intentionnalité jugé malheureusement comme une rébellion. Cependant le Porteur de Lumière n’était pas Lumière mais bien le Précurseur de Celui qui viendrait achever la descente du Principe cosmique de l’Amour en la personne de Jésus de Nazareth.
Il est su que l’Amour parmi les humains ne choisit pas et ne s’impose pas, il EST INSTANTANÉ dans l’Esprit infini et se magnétise en attirant entre elles les pulsions vibratoires. Dans le processus de la Transmutation de la conscience luciférienne le principe de l’Amour attira vers lui à son image et à sa ressemblance l’énergie christique dont un Etre psychiquement pur dans l’Esprit sera donc désigné comme étant le second Porteur de Lumière en la personne de Jésus de Nazareth.
Lucis avait amené la Lumière par l’âme cette parcelle divine de l’Ame pure pas encore cristallisée mais dont le cheminement expérimental par les mécanismes réincarnationnels ajusteraient le Fluide vital de l’être en transmutation psychique. Il faut noter que Lucifer et Jésus étaient dans leur Esprit des êtres descendants rayonnant déjà d’effluves divines que ceci leur procurait. Les deux Etres ne faisant qu’Un se devaient d’expérimenter dans la matière, Jésus pour la fusion de l’Esprit et Lucis pour celle de l’âme.
Sachons que cette parcelle divine qu’est l’Ame tout comme l’Esprit ne peut-être qu’identifiée que par les mécanismes de l’Intentionnalité manifestée Lucis de par sa transmutation psychique permettait à l’Ame divine de se manifester sur le plan concret et se libérait des aspects abstraits de sa perfection intemporelle. Lucis, rebelle ou vaillant guerrier contre des forces involutives qui menacent l’Humain? Cette unique espèce de tous les univers capable d’incarner Dieu à son image et à sa propre ressemblance. Lucifer incarna l’expérience de l’Humain, sa descente aux enfers de sa conscience égotique devant ré-équilibrer les forces de la Lumière dans leur mouvement chaotique.
Par contre Jésus de Nazareth en accordant à l’homme son absolution revendiqua le droit de parler au nom de Dieu irritant ainsi les scribes. Dans son ouvrage l’Origine de Satan Elaine Pagels explique que si Jésus parlait comme les esséniens,, ses actions violaient les critères de pureté que ces mêmes esséniens tenaient pour sacrés. Au lieu de se séparer ce ceux qui se rendaient impurs en « marchant dans la voie des gentils «  Jésus admet parmi ses disciples un collecteur des impôts : ces individus étaient détestés des autres Juifs, qui voyaient en eux des profiteurs et des collaborateurs des Romains honnis. Marc remarqua qu’il y en avait beaucoup qui suivaient Jésus (2,15)). Au lieu d’observer scupuleusement les lois du sabbat, il justifiait ses disciples s’ils venaient à y manquer. Marc nous raconte que lors de la guérison de l’homme à la main desséchée, Jésus au lieu de remettre la guérison au lendemain, il avait choisit délibérément de défier ses opposants en l’accomplissant le jour du sabbat. Pour Marc la signification cachée d’un tel antagonisme est clare. Ceux qui son offensés et outragés par les actions de Jésus ignorent que Jésus fut poussé par l’Esprit de Dieu à lutter contre les forces du Mal. Celles-ci se manifestent par la présence invisible de démons qui contaminent et possèdent les gens, ou bien par des adversaires humains eux mêmes Cette phrase décrite par Elaine Pagels confirment la présence en notre univers des Dieux conspirateurs qui semant confusion et confrontation ne veulent que détourner l’Esprit dans l’Humain de son identité cosmique. Jésus et Lucifer confrontaient les mêmes ennemis, ces êtres obscurs sans âmes pourtant dotés d’une intelligence supérieure que l’on verra plus dans loin dans cet ouvrage ne possédaient qu’un seul objectif, empêcher la fusion de l’Humain avec son Esprit. Les forces de la Lumière ne sont pas tous connues de l’Humain tout comme les forces des ténèbres, la lutte dont l’enjeu majeur est l’âme ne prendra fin que lorsque l’Humain aura assimilé et appliqué les principes de son androgynat dans l’Esprit. Le jour où que l’homme et la femme deviendront des guerriers unis et complices dans l’Esprit et non plus des rebelles ennemis dans l’âme. Alors seulement là le principe Christique de l’Amour inconditionnel sera su et intégré et l’Humain sera libéré de ses conditions karmiques que leur ont imposé durant toute sa destinée expérimentale les consciences satanéennes, lucifériennes et ahrimaniennes.
Selon ses recherches Rudolf Steiner traduisit que loin à l’est de l’Asie au début du 3ième millénaire avant le Christ qu’une entité au regard suprasensible s’incarna dans un être humain. Cette incarnation matérielle luciférienne donna à l’Humanité quelque chose de très brillant, de très lumineux qui fut la sagesse païenne selon lui. Steiner caractérisait cette sagesse de l’extérieur comme une sagesse profonde, mais froide, faite surtout d’idées, et assez pauvre en sentiments. En soir il n’en pouvait être autrement car lors de l’éclosion de l’œuf luciférien, le Principe de l’Amour inconditionnel n’avait pu se manifester ni donc se révéler à cause de cette transition temporelle entre la conscience satanéenne et luciférienne. A partir de l’avènement du principe luciférien sur la Terre, l’Humain tout en se libérant d’une condition passive de son Esprit liée à sa Source intemporelle et l’état sauvage de son corps physique simplement doté d’une conscience satanéenne, seule l’action rebelle diffuserait toutes les propriétés requises pour le Mensonge cosmique soit découvert et détruit. Mais par quel moyen l’Humain après avoir détruit le Mensonge cosmique reconnaîtra en lui la puissance vibratoire de son Esprit le marquant désormais de son identité unique? Par l’équilibre de son Esprit face aux paradoxes de son âme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lucifercosmique.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chapitre 6: Jésus et Lucifer leurs rôles cosmiques   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre 6: Jésus et Lucifer leurs rôles cosmiques
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LUCIFER (Père Lamy)
» Les Saints anges gardiens et commentaire du jour "Leurs anges dans les cieux voient..."
» [démonologie]Lilith, Lucifer et origine du mal
» Les Saints anges gardiens et commentare du jour "Leurs anges dans les cieux voient..."
» Lucifer....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LUCIFER ET LA FEMME :: LUCIFER ET LA FEMME: Le Mensonge de l'Homme-
Sauter vers: